Agression d’un journaliste au siège du Rpg : le SPPG condamne et invite désormais les autres confrères à la solidarité

0
550

Conakry-Guinée : Le Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée a vigoureusement condamné ce jeudi 4 Novembre 2021 l’agression par certains militants du Rpg-arc-en-ciel contre le journaliste Mohamed Camara du site d’information « Liberationinfos.com » au siège dudit parti hier mercredi 3 novembre lors d’une conférence de presse. Le bureau exécutif du SPPG, cette structure défenseuse de la presse, l’a fait savoir à travers son secrétaire général.

Devant les médias présents, Sékou Jamal Pendessa a indiqué que le SPPG soutient le journaliste victime et l’accompagne dans sa procédure judiciaire contre les responsables du parti déchu. « Le syndicat a eu une réunion virtuelle dans la matinée et nous avons décidé de condamner fermement cet acte qui n’est pas une première au siège du RPG Arc-en-ciel et d’apporter notre soutien à notre confrère (Mohamed Camara) notamment dans son action judiciaire. Je vous informe d’ailleurs qu’il a décidé de porter plainte, il est déjà en contact avec son avocat et certainement dès demain la plainte sera déposée. Le syndicat sera là pour l’accompagner durant toute la procédure« , a ainsi réagi Sékou Jamal Pendessa avant d’appeler les autres confrères à la solidarité toutes les fois que l’un d’entre eux sera agressé sur le terrain dans l’exercice de son métier. « Si l’agression vient de l’organisateur, de boycotter l’activité en quittant tous les lieux. Cela a manquer hier et il faut qu’on soit sincères entre nous. Je pense que désormais, il ne faudrait pas l’accepter. Nous avons également décidé de rappeler au RPG Arc-en-ciel que le rôle des partis politiques ne se limite pas à conquérir ou à reconquérir le pouvoir comme ils (responsables du partis ndlr) l’ont dit hier, mais il est de leur devoir aussi d’assurer l’éducation civique de leur militants. On s’est rendu compte que beaucoup de ces militants manquent cette éducation. Il revient donc aux responsables du parti d’assurer cette éducation civique s’ils ne peuvent pas de continuer à observer un congé politique« , a-t-il conseillé.

Il faut rappeler qu’ils sont nombreux ces journalistes qui ont été agressés physiquement au siège de cette formation politique. On peut citer entre autres Ibrahima Sory Diallo de Guinéematin.com à l’époque en 2019, Thierno Amadou M’Bonet Camara de Guinee114, Mohamed Aly Kondé d’Espace TV à l’époque et son cadreur, Abdoul Malick Diallo de Le Populaire et Aminata.com). Pour le secrétaire général du SPPG, trop c’est trop, il faudra que ces agressions cessent.

Moïse Rama Fils