Vie chère : les réformes se font désirer (Président UDCG)

0
459

Conakry-Guinée : La réduction du prix du litre du carburant à la pompe n’a toujours pas eu d’impact positif sur le panier de la ménagère. Une situation qui ne laisse pas indifférent M. M’Bany Sidibé, président de l’Union pour la Défense des Consommateurs de Guinée. Ce lundi 15 novembre, il a interpellé les nouvelles autorités afin d’apporter toutes les réformes au niveau du Ministère du Commerce dans le cadre de la protection des consommateurs qui soufflent le chaud et le froid ces derniers temps.

M’Bany Sidibé a invité le CNRD de mettre en place toutes les institutions qui permettront la bonne réglementation des prix dans le pays. «Aujourd’hui, malgré tous les efforts qu’ils (Membres du CNRD ndlr) ont eu a faire en baissant le prix du carburant, très malheureusement aujourd’hui cette baisse n’a pas été ressentie sur les denrées au marché et cela est vraiment grave. Le fait d’avoir fusionné le ministère de l’Industrie au Commerce, il est vraiment capital pour le gouvernement de mettre en place une harmonisation de tous les corps de contrôle comme dans les autres pays et aussi de mettre en place de nouvelles institutions au niveau du Ministère du Commerce à l’instar des autres pays», a-t-il souhaité.

Dans le même élan, il souhaite que l’application de la loi relative à la réglementation de la concurrence et de la liberté des prix. Pour lui, cette démarche permettra de mettre en place les inspecteurs et le conseil consultatif dans le but de protéger les consommateurs. «On ne peut pas croiser les bras et voir parce que le Président a dit qu’il est venu pour lutter contre la vie chère. Et depuis qu’il est venu, on n’arrive pas à voir de véritables réformes dans ce cadre. Et l’outil essentiel du gouvernement dans ce cadre, c’est le Ministère du Commerce, de l’Industrie et des PME. Nous comptons beaucoup sur le président de la transition afin que dans le cadre de la refondation de l’État, que la réglementation de prix et la protection des consommateurs soient les priorités» conclut le président de l’UDCG.

Moïse Rama Fils