«Je n’ai appartenu à aucun parti politique», insiste Yamoussa Sidibé, journaliste !

0
317

Conakry-Guinée : Comptant parmi l’un des meilleurs journalistes du pays, Yamoussa Sidibé, écrivain et ancien Directeur Général de la RTG, a été retenu par ses pairs avec Mme. Asmaou Barry pour représenter dignement les professionnels de média au futur Conseil national de la transition (CNT).

En participant ce mercredi 17 novembre à l’émission «Les grandes gueules » de nos confrères D’Hadafo média, Yamoussa Sidibé a exprimé sa vision et ses observations en tant que journaliste de la situation actuelle de la Guinée, la RTG, le CNT et certainement sa volonté de rejoindre le groupe hadafo média.

S’agissant son intention de rejoindre le groupe hadafo média, l’ancien présentateur de la RTG dit avoir été empêché : «Je voulais quitter à la RTG, mais on m’empêche d’aller ailleurs. Sinon j’avais donné mon accord à Lamine, il y a eu des pressions, beaucoup de choses sont passées. Peut-être un jour, c’est facile de catégoriser, de dire ceci ou cela, qu’on donne le temps au temps. Il y a des choses qu’on comprendra».

En s’abstenant de dire son obédience politique, l’invité était apparemment séduit par l’UFR, mais selon lui, il n’a milité pour aucun parti. «Je suis journaliste, je ne serai que journaliste. En tant que je serais journaliste, je n’appartiendrai à aucun parti politique. J’ai été proche très proche de M. Sidya Touré, parce que la nature de son parti était tel que j’étais séduit à un moment. Je voyais ce parti presque transversal et on transcendait les clivages ethniques, en tout cas à apparemment. Donc, si j’avais voulu appartenir à un parti politique, peut-être je serais allé là, je n’ai appartenu à aucun parti politique, pas parce que je ne voulais, parce que je suis journaliste aussi» dit-il.

Interrogé s’il n’a été dragué par le RPG, l’ex Directeur Général de la RTG dira : «Vous savez chacun à sa nature, chacun a ce qu’il affiche en public, chacun a ce qu’il affiche dans la société, me connaissant personne ne m’a rapproché».

Evoquant leur désignation au CNT, il affirme : «Si nous sommes retenus, je pense avoir une concertation avec ma consœur Asmaou Barry. Je pense avoir une concertation avec elle, mais aussi rencontré les différentes associations, les différentes rédactions pour comprendre les problèmes qui nous assaillent. quels sont les points sur lesquels les journalistes souhaiteraient qu’on travaille au CNT dans une sorte de corpus, le travailler et aller les défendre. Nous n’allons pas partir avec nos seules idées, nous représentons une entité».

Concernant la vision des nouvelles autorités, l’auteur « Les balafres du pouvoir’’ dit : «Ecoutez, j’ai suivi la grande interview qu’il (Mamadi Doumbouya) a accordé à la RTG. Personnellement, j’étais séduis par l’allure, mais je suis journaliste, donc je regarde, j’observe et j’attends de voir. Il y a beaucoup d’espoir qui sont annoncés, quand le président dit qu’il n’y a  rien qu’il puisse donner à la Guinée, c’est une très bonne chose. L’essentiel est que nous entrions dans le concert des nations que nous ressemblions aux autres, nous avons toujours manqué de coach. Peut-être cette volonté des jeunes, peut-être eux iront jusqu’au bout», a-t-il conclu.

Amara Touré