Santé reproductive : le planning familial, une méthode pour éviter les grossesses non désirées

0
428

Conakry-Guinée : La planification familiale ou le planning familial est l’ensemble des moyens qui concourent au contrôle de naissances dans le but de permettre aux familles de choisir le moment de concevoir.

De nos jours, chez les couples tout comme chez les jeunes filles célibataires, cette pratique devient récurrente. Cependant, dans un couple la planification se fait avec l’accord des deux conjoints pour éviter qu’elle soit source de conflit. Dr Fatoumata Diaraye Diop, sage femme au service de la maternité du centre de santé de Matoto, explique les méthodes utilisées en Guinée. « Les méthodes utilisées en Guinée sont les méthodes réversibles et les méthodes  irréversibles. Les méthodes réversibles ce sont les injections, les pilules, les implants et les préservatifs. Les méthodes irréversibles sont la ligature des trompes et  la vasectomie« , a-t-elle expliquée. 

Même si les avantages sont nombreux, toutefois, elle ne reste pas sans conséquences, souligne Dr Diop. « La planification permet d’espacer les naissances, ça rentre dans l’intérêt de l’économie familiale, ça évite les grossesses non désirées et les avortements clandestins. Toutes fois, il existe aussi des effets secondaires,  mais qui sont minimes. Et ça dépend de l’organisme de la personne. après la prise des injections ou de l’implant certains font des saignements en dehors des règles ou encore la personne peut ne pas voir ces menstrues« , précise Dr Diop. 

Pour éviter les grossesses non désirées, Dr Fatoumata Diaraye Diop prodigue des conseils aux jeunes filles. « J’invite toutes les jeunes filles de se présenter dans les structures sanitaires, précisément dans les centres de santé pour une planification familiale. Une fois qu’elles font le premier contact sexuel. Et je déconseille aux femmes de s’en servir avant de consulter un médecin« , conseille-t-elle. 

Il faut préciser que l’usage de ces plannings varie au niveau des centres de santé. Depuis son lancement officiel en Guinée, 360 000 femmes utilisent ces méthodes de contraception moderne.

Aissatou Alhassane Diallo