Média : Des journalistes outillés sur les médias numériques et la réforme syndicale

0
381

Conakry-Guinée : Ce mardi 7 décembre à Conakry, s’est ouvert un atelier de deux (2) jours pour vingt (20) jeunes journalistes issus de la presse publique et privée sur l’organisation dans les médias numériques, la réforme syndicale et le recrutement des jeunes. C’est une initiative de l’Association des Journalistes de Guinée (AJG) et de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ).

Cet atelier vise à rehausser le niveau des participants sur les outils numériques et avoir les notions syndicales.

Prenant la parole, le vice-président de l’AJG a rappelé la nécessité d’un tel atelier en faveur des journalistes dans un monde dominé par le numérique qui constitue le socle de fonctionnement des services de communication et de l’information. « Dans un monde où les entreprises de presse sont confrontées à des difficultés de gestion de leur administration, notamment liées à la concurrence et à la négociation permanente entre employeurs et employés. Les uns imposants des obligations de résultats, les autres exigeants des conditions de vie et de travail appropriées. Un monde où le marché de l’emploi est inondé et débordé par le dysfonctionnement entre l’offre et la demande, il apparaît sans doute que les thématiques sont d’actualité en filigrane, l’employabilité des jeunes basée sur la compétence, le développement de la personnalité par la formation. Un monde où l’espérance de vie élevée donne parfois peu de chance aux jeunes de prendre la relève« , a déclaré Alpha Kabinet Doumbouya.

Plusieurs thématiques comme la responsabilité syndicale, emploi de jeunes, l’éthique et la déontologie du journaliste à l’ère du numérique seront entre autres débattus pendant ces deux (2)jours.

Selon le Directeur Afrique de la Fédération Internationale des Journalistes basé à Dakar, la majeure partie du personnel des médias dans le monde sont des jeunes. « 75% des jeunes qui rentrent dans le métier de journalisme travaillent avec l’internet. Mais maintenant, il y a beaucoup d’explications du côté des jeunes journalistes qui travaillent en ligne. Mais en Afrique comme ici, plusieurs journalistes qui travaillent en ligne ne connaissent pas s’il y a des explications (…) Mais le problème qui s’oppose ici, est-ce que vous qui travaillent ici en tant que jeunes journalistes aviez les mêmes salaires que ceux-là qui travaillent en Chine ou à Londres ?« , a fait remarquer PA Louis Tomazy.

De son côté, le représentant de la Haute Autorité de la Communication (HAC) a évoqué l’importance du numérique auprès de jeunes journalistes qui, pour lui, constituent une porte d’entrée au métier. « Aujourd’hui, la presse en ligne occupe une place de choix dans le cœur des citoyens et des lecteurs. Les sites d’informations, nous avons pas moins de 200 actuellement dans le pays et ils ont besoins de telle session de formation de renforcement des capacités, non seulement pour les permettre de s’organiser à l’interne, mais également de procéder à une certaine mise à jour de leur connaissance dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations. Le journalisme numérique ou en ligne est un journalisme de jeunes pour les jeunes. La Guinée ne fait pas exception à cette règle dans la presse numérique, c’est-à-dire la dernière née de type de média par rapport aux médias traditionnels (journaux, radio et télévision). Ceux qui travaillent dedans sont jeunes, l’âge peut varier de 22 à 35 ans. Pour beaucoup d’entre eux, comme l’a révélé l’étude de la Fédération Internationale des Journalistes, c’est la porte d’accès par excellence au métier de journaliste« , a fait savoir le Commissaire Amadou Touré, président de la commission éthique et déontologie de la HAC.

Moïse Rama Fils