Matam : Un séropositif abuse d’une fillette de 12 ans

0
519

Conakry-Guinée : C’est la Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables (BSPPV) de la Bellevue qui a procédé ce lundi 13 décembre à la présentation du présumé violeur. Habib Konaté, séropositif depuis 4 ans, serait l’auteur des faits.

L’Adjudant-chef Ansoumane Camara, chef cellule des Mineurs en conflits avec la loi de la Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables de la Belle-vue, explique : «Chez lui (Présumé violeur, ndlr) à quelques mètres de sa chambre se trouve un forage où les enfants ont l’habitude d’aller puiser de l’eau. Et souvent, quand il aperçoit la fille (victime), il l’appelle et lui dit de lui acheter du pain. Et quand cette dernière revient de la commission, il lui dit d’aller déposer le pain sur la table dans sa chambre et quand elle rentre, aussitôt il ferme la porte et fait ce qu’il veut faire de la fille. Cela a duré une fois, deux fois et trois, c’est la quatrième fois qu’ils ont été surpris par une des camarades de la fille. Cette dernière a alerté le voisinage qui est venu taper la porte et on a trouvé Habib Konaté en plein ébats sexuels avec la petite fille».

Après l’interpellation d’Habib Konaté, la Brigade des personnes vulnérables a insisté auprès de la famille du mineur violé afin de pouvoir connaître le statut après être violé par un séropositif, mais la famille de la victime dit ne pas être disposée à cette démarche et préfère arranger l’affaire à l’amiable étant déjà des voisins de très longue date avec la famille du présumé violeur. Ce dernier quant à lui reconnaît son tort et demande pardon pour son acte. «La masturbation, je le faisais avec la fille afin de satisfaire. Mais sachant que je suis malade, je ne voulais pas la contaminer c’est pourquoi je n’ai jamais fait de pénétration avec elle (…) A  la famille de la victime, je leur demande de me pardonner. Je ne vais plus le faire» a-t-il plaidé.

La Brigade Spéciale de Protection des Personnes Vulnérables dénonce cette pesanteur sociale et culturelle qui consiste à faire des conciliabules entre familles après les cas de viols. Le présumé violeur sera déféré devant le procureur du TPI de Dixinn.

Moïse Rama Fils