Transition en Guinée : Plusieurs organisations de la société civile proposent une durée 24 mois dans un chronogramme.

0
396

Conakry, Guinée : après deux jours de travaux tenus à Conakry, plusieurs Organisations de la société civile guinéenne réunies au sein de l’Alliance Citoyenne pour la Transition (ACT) ont rendu public ce mercredi 29 décembre le contenu d’un document qui sera adressé au CNRD pour une transition réussie.

Dans ledit document, l’ACT a rejeté le chronogramme proposé par l’institution ouest-africaine la CEDEAO qui avait signifié à la Guinée au lendemain du coup de force contre Alpha Condé l’organisation, un délai de six (6) mois à venir des élections pour un retour à l’ordre constitutionnel. Ces organisations ont proposé quant à elles un délai de 24 mois dans un chronogramme qu’elles ont décliné dans ce document.

« Les autorités de la transition se sont abstenues de fixer elles-mêmes la durée de la transition préférant renvoyer la question aux forces vives de la nation conformément à la charte. L’Alliance Citoyenne pour la Transition, partie intégrante des forces vives de la nation propose une durée de vingt-quatre (24) mois pour une transition réussie. Réaliser la transition dans ce délai est possible comme le montre la position de chronogramme ci-après :

Les 18 mois, les premiers mois seront consacrés à la mise en place des organes de la transition, l’élaboration de projet de constitution et son adoption. Aux réformes électorales et l’enrôlement des électeurs;

Les six derniers mois quant à eux, seront consacrés à l’élection des élections communales et communautaires, suivi du couplage des législatives et des présidentielles. Toute la période de la transition sera mise à profit pour poursuivre les actions prioritaires de développement, les réformes administratives et les réformes de comptes publics » a décliné Bangaly Minatagbè Camara, il est membre de cette alliance

Au-delà de ce chronogramme proposé au CNRD, Mamadou Aliou Barry, coordinateur de cette alliance a indiqué que l’ACT se propose entre autres d’apporter sa contribution dans le cadre des réflexions pour les réformes électorales et la loi sur l’organe de gestions des élections ainsi que le suivi du processus électoral dans toutes ces étapes.

« L‘ACT se propose de participer à l’observation citoyenne du recensement électoral, du référendum et des élections. Nous allons également suivre la mise en place et les travaux des institutions républicaines (Les organes de l’Etat et les structures indépendantes d’audite et de lutte contre l’impunité. Parce que l’un de nos missions aussi, c’est de suivre tout ce qui se fait dans le cadre de la moralisation de la vie publique

L’Alliance Citoyenne pour la Transition plus loin se propose d’assurer le plaidoyer auprès des organes de la transition pour le respect des textes qui régissent la transition.

Moise Rama Fils