PEDN : Lansana Kouyaté invite ses militants à la culture de l’espoir

0
295

Conakry-Guinée : Après deux ans d’absence au pays, Lansana Kouyaté a fait enfin son retour  ce mardi, 11 janvier 2022 en Guinée. A sa descente dans l’avion, l’ancien Premier ministre a été  accueilli par ses militants, en compagnie de sa femme Fanta Condé, avant que son cortège ne se dirige au siège  du parti, sis à Ratoma Centre.

Dans son discours de bienvenue, l’ancien diplomate a tout d’abord invité les militants à la culture de l’espoir, comme indique la vision du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN). Lansana Kouyaté a lancé des piques à ses détracteurs qui estimaient qu’il aurait renoncé de la politique. Nous vous livrons ici quelques extraits de sa réaction : « Depuis ce matin, beaucoup d’entre vous sont venus ici rester sans manger, probablement même sans boire. C’est une épreuve, mais tout est épreuve. Quand on milite, tout est épreuve. Quand on a une vision et qu’on veuille aller jusqu’au bout, les frustrations il y en a, il y en aura. Les échecs, il y en a eu, il y en aura. C’est ce qui fait la trame de la vie. On bute, on tombe pour savoir se relever. Il faut se relever d’abord, la deuxième fois vous prendrez beaucoup plus de temps d’analyser pourquoi vous êtes tombés. Je ne serai pas très long parce que l’attente de mon retour a été très longue, parfois très frustrante, parfois inquiétante aussi. Il n’y pas ce qu’on n’a pas dit. Pour certains, Kouyaté a renoncé à la politique. Non, je ne renonce pas aussi facilement. J’ai entendu toutes sortes de choses. C’est ainsi que nous sommes faits, il faut l’accepter comme tel. Celui qui nous a créés, l’Être Supérieur qui nous a créé, tout le monde ne lui fait pas confiance. Donc, ça c’est la nature même et c’est comme ça qu’on a été moulé et nous devons l’accepter. Ceux d’entre vous hier qui, pour une raison ou pour une autre, ont fait marche arrière, je l’ai dit déjà à plusieurs fois, nous leur souhaitons la nouvelle bienvenue. On ne regarde pas derrière quand on doit marcher. Devant, il y a un bonheur que vous cherchez, derrière il y a ce que vous avez vécu, ce que vous avez vécu de douloureux, mais si vous vous mettez à trop regarder en arrière, vous n’allez jamais rattraper le bonheur que vous souhaitez pour votre peuple. C’est pourquoi, je dis, la page doit être tournée mais comme Desmond Tutu le disait quand j’ai eu la chance de le revoir : il ne faut jamais fermer un livre, il faut lire avant de tourner la page. Si on a ce courage de nous asseoir, dialoguer et savoir ce qui s’est passé, peut-être que la haine qui est aujourd’hui là va se calmer. Il y a beaucoup qui parlent qui ne savent pas naturellement. Quels que soient les préjugés qu’on a, cette Guinée-là ne peut être qu’une famille. Le Bon Dieu n’a demandé à personne d’entre nous comment doit-on composer la famille dans laquelle on vit. Si c’était le cas, nos sœurs, nos frères n’allaient pas être ceux que nous souhaitions. On allait demander l’impossible. Je vous adresse un message d’espoir, parce que votre nom, c’est espoir. Espoir représenté par vous qui êtes dans la salle. Chacun de nous doit apporter sa pierre angulaire pour bâtir une Guinée nouvelle, une Guinée où les hommes, les femmes, les jeunes se donneront la main pour avoir un avenir meilleur« .

Amara Touré