Justice : la politique pénale au centre des débats entre l’avocat général et les OPJ

0
377

Conakry, Guinée : le TPI de Dixinn a servi de cadre de concertation entre l’avocat général de la cour d’appel et les officiers de police afin de trouver les voies et moyens pour une politique pénale judicieuse en Guinée.

Cette concertation, organisée ce mardi 8 Février, vise ainsi à promouvoir les droits humains en Guinée.

D’entrée, le commissaire Barry Mamadou Yaya, chef service de l’unité au commissariat de Dixinn,  exhorte les autorités à obéir les textes de lois.

« Cette rencontre vraiment nous a beaucoup édifié encore. Car, moi personnellement, j’ai acquis beaucoup de choses, parce que tout ce qui a été dit ici, c’est dans l’intérêt des droits humains et le respect du procédure pénale. Ce qui fait que, tout ce qu’on doit faire, nous devons nous référer aux textes. On doit pas abuser des citoyens comme ceux qu’on faisait avant, de convoquer n’importe comment. Maintenant tout se passera dans les règles d’art » souligne t-il.

Le procureur du Tribunal de Première instance de Dixinn,  Algassimou Diallo a toutefois salué l’initiative.

«Cette réunion de prise de contact véritablement est d’échanger par rapport à la politique pénale. Nous avons prévu un ordre du jour, c’est-à-dire, nous allons parler de la politique pénale qu’on va mettre en place le parquet du tribunal de la première instance de Dixinn » dit-il avant d’ajouter.

«Il vous souviendra que dans les années 2010-2021, il y a eu des graves violations des droits humains et infractions à la loi pénale de toutes sortes qui avaient été commis dans mon ressort judiciaire. Et quand j’ai pris service, j’ai réussi le rapport d’autopsie de certains corps établit par les médecins. Des faits de crimes qui ont été commis, aujourd’hui j’ai convié tous les officiers de police judiciaire du ressort du tribunal de Dixinn pour bien discuter un peu de la politique pénale. La politique pénale que j’ai entendu mettre en place pour le bien des citoyens au nom desquels la justice est rendue » a-t-il laissé entendre.

Amara Touré