Affaire Djoma Group : l’Etat condamné pour violation de présomption d’innocence, l’avocat salue une décision historique et courageuse

0
771

Conakry-Guinée : Le Président du Tribunal de Première Instance de Kaloum, Ibrahima Sory 1 Tounkara, a fait une procédure de référé ce jeudi 17 février 2022 ce, après avoir constaté une atteinte à la présomption d’innocence de la Société Djoma Group dans le dossier qui l’oppose au Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry.

C’est ainsi qu’il a alors ordonné l’insertion de sa décision dans trois journaux aux frais du ministère de la Justice, représenté par l’Agent Judiciaire de l’État. Une décision qualifiée de courageuse ce vendredi par l’un des avocats de l’ancien intendant de la Présidence de la République de Guinée, Kabinet Sylla  »Bill Gate ».

Me Almamy Samory Traoré a salué ladite décision avant d’inviter les autres juges à ne dire strictement que le droit dans les affaires opposant les citoyens à l’État. «Nous avons accueilli cette décision que nous qualifions d’historique et courageuse et avec un sentiment de satisfaction. Parce que nous avons estimé à un moment donné que notre client est simplement poursuivi et n’est même pas inculpé. Que de déclarations puissent être tenues par des autorités de poursuite qui ont tendance à présenter notre client comme étant coupable des faits qui lui sont reprochés. Donc, on a estimé que c’est une violation de la présomption d’innocence, nous avons saisi le juge compétent à la matière et le juge a reconnu effectivement que l’État, à travers le Ministère de la Justice, a violé le principe de présomption d’innocence et a ordonné l’application de la décision dans trois(3) journaux aux frais de l’État», a expliqué l’avocat du patron du Groupe Djoma avant de se réjouir de l’acte posé par le Président du Tribunal de Première instance de Kaloum. «Pour nous, c’est un signal fort pour montrer aux uns et aux autres, aux autres juges d’être courageux et que si le droit est du côté de l’État de le dire, si le droit est du côté du citoyen de le dire aussi. Et que chacun puisse être traité sur le même pied d’égalité», a-t-il laissé entendre.

Moïse Rama Fils