Cellou a quitté son domicile, le Chef d’état-major de l’armée sur les lieux

0
351

Conakry-Guinée : « Il veut nous intimider, ça ne peut pas marcher ! Il faut qu’on se lève pour chasser Doumbouya avant qu’il ne soit trop tard », c’est la colère d’un militant de l’UFDG à la devanture de son leader Cellou Dalein Diallo. Très tôt ce matin du 28 février, date butoir indiqué par la Patrimoine Bâti Public à l’occupant du domaine de libérer les lieux après le verdict du Tribunal de Première Instance de Dixinn qui s’est dit incompétent dans ce dossier.

 Sur place, Alpha Boubacar Diallo parle de deux poids, deux mesures dans cette opération qui vise essentiellement l’opposant : « Vous-même, vous êtes témoins de ce qui est en train de se passer. Si c’était dans la légalité, normalement le domicile de Sékou Touré qui a été restitué ne devrait pas l’être. C’est deux poids, deux mesures parce qu’au moment où Sékou Touré avait acheté là-bas, c’était pour le gouvernement également« , a-t-il réagi.

Si certains militants voulaient en découdre avec les forces de l’ordre déployés massivement autour du domicile pour empêcher qu’il ne quitte les lieux, d’autres par contre, évitaient tout affrontement inutiles sur place. C’est le cas de Mamadou Bobo Sow, lui et plusieurs autres sont passés à l’apaisement auprès des siens.  »On est venu ici ce matin pour sensibiliser nos amis militants. Étant déjà au courant que notre leader n’a pas dormi à son domicile, on a compris qu’il faut qu’on évite la justice. Raison pour laquelle on est en train de sensibiliser les gens pour qu’ils quittent les lieux parce qu’il y a les forces de l’ordre ici. On ne veut pas d’affrontements qui peuvent conduire à des tueries ou à des blessures graves« , a souhaité ce militant aux abords du domicile de son leader.

Au moment où nous mettions en ligne cet article, le cortège imposant du Chef d’état-major de l’armée débarque dans l’enceinte du désormais ancien domicile privé de Cellou Dalein Diallo. Le Colonel Sadiba Koulibaly, accompagné du Haut commandant de la gendarmerie nationale, le Colonel Balla Samoura et le Directeur du Patrimoine Bâti Public, Mohamed Doussou Traoré, ont trouvé que l’occupant avait déjà libéré le bâtiment.

Dans la foulée, le Colonel Balla Samoura a remercié les huissiers de justice et les agents du patrimoine pour la collaboration : « Merci pour cette bonne collaboration. Je souhaite que désormais les choses se passent comme ça« , a lâché cet officier.

Le Directeur du Patrimoine, quant à lui, n’a pipé mot sur cette opération, malgré l’insistance des journalistes.

Moïse Rama Fils