Transition guinéenne : la CEDEAO et les Nations Unies réclament un calendrier

0
465

Conakry-Guinée : Une mission conjointe de la CEDEAO et des Nations unies a séjourné les 27 et 28 février 2022, à Conakry. Ces partenaires de la Guinée ont demandé aux autorités de la transition d’adopter un chronogramme pour la restauration de l’ordre constitutionnel, tel que recommandé par la Conférence des chefs d’états et de gouvernements de la CEDEAO. «Les périodes de transition n’ont pas vocation à résoudre toutes les difficultés que rencontre un pays, mais à poser les jalons qui permettront progressivement la mise en œuvre des solutions adéquates», estiment la CEDEAO et les Nations Unies.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué final de la mission :

«Dakar, 28 février 2022– Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mahamat Saleh ANNADIF, M. Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), et Mme Shirley Ayorkor Botchway, Ministre des Affaires Étrangères du Ghana et Présidente du Conseil des ministres de la CEDEAO, ont conclu aujourd’hui une mission conjointe de deux jours en Guinée.

L’objectif de la mission était d’évaluer le processus de transition en cours, et de réitérer la solidarité de la communauté internationale avec les aspirations légitimes du peuple de Guinée pour une société stable et inclusive.

Dans le cadre de la mission, la délégation a été reçue en audience par le président de la Transition, le Colonel Mamady Doumbouya. Elle a également eu des entretiens avec le Premier Ministre, M. Mohamed Béavogui et le ministre des Affaires Etrangères, M. Morissanda Kouyaté, ainsi que le Conseil national de transition, et les membres du corps diplomatiques accrédités en Guinée.

La CEDEAO et UNOWAS ont salué la mise en place du Conseil National de Transition, et ont exhorté les autorités de la transition à adopter un chronogramme pour la restauration de l’ordre constitutionnel, tel que recommandé par la Conférence des chefs d’états et de gouvernements de la CEDEAO.

Selon M. ANNADIF, les périodes de transition n’ont pas vocation à résoudre toutes les difficultés que rencontre un pays, mais à poser les jalons qui permettront progressivement la mise en œuvre des solutions adéquates.

La délégation conjointe CEDEAO-UNOWAS a réaffirmé l’engagement des deux organisations à soutenir les Guinéens dans leurs efforts en faveur du retour à l’ordre constitutionnel et de la stabilité de la Guinée. «L’expérience a prouvé l’efficacité de l’action des Nations unies et des organisations régionales lorsqu’elles coopèrent étroitement, comme ce fut le cas pour la présente mission conjointe avec la CEDEAO » a affirmé le Représentant spécial du Secrétaire général.

Fin»