Rencontre MATD-Classe politique : «Sur place, on ne pouvait donner de réponses du tic au tac» (Saloum Cissé, Rpg arc-en-ciel)

0
591

Conakry-Guinée : Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) a entamé ce mardi 15 mars, comme prévue, ses différentes consultations avec la classe politique afin de mettre en place un cadre de dialogue. Il a reçu le CPA dirigé par Alfred Mathos, le RPG Arc-en-ciel et ses alliés et l’AD de Mohamed Lamine Kaba.

Puis, il recevra l’ANAD, présidée par Cellou Dalein Diallo et la CORED de Mamadou Sylla.

Au terme des échanges qui ont duré une vingtaine de minutes, le secrétaire général du RPG arc-en-ciel, Saloum Cissé, est revenu sur ce qui a été l’objet des échanges avec le ministre Mory Condé. «On a été reçu par monsieur le ministre. Il a abordé deux points très importants. Le premier point, c’est l’aspect politique de notre réalité profonde du pays et l’aspect de redynamisation et d’articulation, comment la Guinée va prendre son envol du point de vue administratif. Sur son aspect politique, nous avons été très clairs. Il a fait un développement très exhaustif de l’aspect politique et comment nous allons aborder ces aspects politiques actuels. Il a campé le contexte dans le cadre général. Nous avons appréhendé beaucoup d’aspects. L’aspect qui retient notre attention, c’est comment aller aux élections ? Comment tenir le fichier électoral ? Comment allons-nous essayer de prendre en considération l’échéancier politique ? Il a fait un développement pour une orientation générale. Sur place, on ne pouvait donner de réponses du tic au tac, parce qu’il fallait prendre langue avec les autres partis politiques parce que nous appartenons à une coalition politique pour que nous puissions éplucher les questions posées et lui déposer une documentation consommable», a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter en ces termes : «Il n’est pas rentré dans les détails. Il a parlé du fichier, il a parlé des aspects politiques. Il n’est pas rentré dans les détails. Mais l’orientation qu’il vient de nous faire va nous permettre de faire un développement plus exhaustif pour que nous puissions l’orienter. Notre souhait, c’est de nous donner une échéance convenable, consommable pour qu’on aille aux élections».

Moïse Rama Fils