Charles Wright aux employés de l’usine de Fria : «Cette matière échappe à ma compétence»

0
374

Fria-Guinée : Pendant sa tournée d’inspection dans certaines villes de la Basse Guinée, le Procureur Général a posé ses valises à Fria, l’une des plus importantes villes de la Guinée à cause de la toute première usine d’alumine d’Afrique. Une usine dont les travailleurs soufflent le chaud et le froid ces derniers temps dû à plusieurs manquements à leurs égards de la part de la société exploitante Rusal.

De grogne en grogne, aucune solution n’a pu être trouvée à ce jour du moins à en croire un représentant de la société civile locale.

Interpellé afin qu’ils puissent avoir un issu favorable sur cette situation qui perdure, Alphonse Charles Wright a été clair avec les employés de la vieille usine en leurs disant que ce problème ne relève pas du domaine juridique mais qu’il est plutôt sociétale. «Je suis désolé de vous dire que le Procureur Général ne peut pas avoir la solution à ce problème là parce que c’est une question qui relève du social. Vous savez quand vous prenez le droit social, c’est deux (2) choses : il y a le droit du travail et la sécurité sociale. Cette matière échappe à ma compétence. Mais ce que je peux suggérer, c’est de créer au niveau de la justice de paix de Fria une section sociale qui va s’occuper des questions des travailleurs, car la loi 019 l’a prévue. Il peut être créé au sein d’une juridiction, les chargées des questions sociales. Que des travailleurs qui se sentent léser puissent s’adresser au juge social pour dire : est-ce que leurs droits ont été respectés ? Il faut créer cette structure ici car la loi 019 le permet», a-t-il suggéré.Moïse Rama Fils