Commémoration : 38 ans après sa mort, Sékou Touré reste immortel aux yeux de ses partisans

0
307

Conakry-Guinée : La famille du feu Ahmed Sékou Touré et son parti le PDG RDA ont commémoré ce samedi 26 mars, le 38ème anniversaire de la disparition du père de l’indépendance guinéenne. C’est autour d’une cérémonie de prière organisée aux cases de Belle-vue en présence du chef d’Etat major de l’armée guinéenne, de nombreux ambassadeurs accrédités en Guinée, des partis politiques, différentes coordinations nationales, mais également des anciens dignitaires du premier régime qu’un vibrant hommage a été rendu à Ahmed Sékou Touré.

Une occasion qu’a saisi le secrétaire général intérimaire du PDG-RDA pour rappeler les nombreuses prouesses réalisées par le premier Président guinéen. Il y a 38 ans disparaissait le responsable Suprême de la Révolution, fidèle et suprême serviteur des peuples épris de paix, de justice sociale et de liberté, le Camarade Président Ahmed Sékou Touré. Cette disparition ressentie comme une onde de choc, ébranla l’univers des peuples épris de paix et de justice sociale par des ressentiments de désespoir et de frustration car, l’unique défenseur de la cause commune s’en est allé. Ce fut une perte immense pour paraphraser certains de ses homologues avec lesquels il transcenda des conflits dont l’issue aurait été des plus incertaines de la planète.

L’on se rappelle encore de la guerre Iran-Irak à l’époque où les belligérants entaient décidés à se rayer l’un et l’autre de la carte du monde. Deux (2) belligérants de la Ouma-Islamique qui, sans l’implication du Président Ahmed Sékou Touré, seraient arrivés à l’apocalypse.

En Afrique, le conflit entre le royaume du Maroc et le Front Polisario pour le contrôle du Sahara occidental est encore vivant dans nos esprits. Ce conflit était en voie de règlement définitif si Dieu le Tout Puissant, l’omnipotent avait accordé une vie plus prolongée au stratège Ahmed Sékou Touré sur cette terre. Ce qui relève d’une simple utopie parce que croyants que nous sommes, savons que chaque âme est régie par un terme infaillible.

Il faut souligner que dans les cinq (05) continents, le Président Ahmed Sékou Touré a laissé une empreinte indélébile de bienfaits de son passage dans ce monde cruel de l’inégalité absurde. La Guinée, le pays qu’il a dirigé pendant 26 ans a connu quant à elle une prospérité de gouvernance sans égale dans tous les domaines de la vie publique et sociale.

Sur le plan économique, l’essor de développement dans la sous-région avait atteint un niveau supérieur. Les services sociaux de base (Eaux et électricité) étaient assurés. Ce qui explique la prolifération des usines et fabriques parsemées sur le territoire de notre pays en son temps.

Sur le plan de l’éducation nationale, plus de 85 000 cadres supérieurs et moyens avaient été formés en Guinée et à l’extérieur dans des centres et université étrangère.

Sur le plan de la sécurité, notre pays a connu une sureté sans faille sous le magistère du Président Ahmed Sékou Touré.

Sur le plan de la culture, le constat était reluisant, car la culture guinéenne a rayonné sur tous les continents.

Aujourd’hui, l’heure est à la capitalisation et à la sauvegarde des œuvres du responsable suprême de la révolution le Camarade Président Ahmed Sékou Touré dont les efforts pour hisser la Guinée au sommet de la gloire est incontestable.

Il faut avouer que de 1958 à 1984, le régime qu’il a dirigé a fait un parcours élogieux : l’indépendance recouvrée a été sauvegardée en dépit des multiples attaques endurées. A la mort du Président Ahmed Sékou Touré en mars 1984, l’Etat était débout et respecté, la nation guinéenne était une réalité. Le pays était calme et l’ordre régnait, la justice était rendue conformément aux lois et coutumes du pays. La sécurité des biens et des personnes était garantie. Tout citoyen pouvait circuler librement, s’établir partout où il désire sur le territoire national, élire et se faire élire et prospérer partout. L’influence de la Guinée en Afrique et dans le monde était sans commune mesure avec l’étendue de son territoire, le nombre de ses habitants et l’importance de sa richesse mesurée en termes de PIB.

Des progrès notables avaient été accomplis alors dans le domaine du développement économique, de la scolarisation, de la promotion de la culture africaine, de la santé. La corruption était combattue. L’égalité et l’équité avaient un sens comme le montrent les accomplissements dans les domaines de la réhabilitation des hommes de castes et des esclaves de case, de la promotion et la protection des droits de la femme bien longtemps avant que les organisations internationales ne s’emparent de la question, de la promotion de la jeunesse etc…

Encore aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que les infrastructures et les victoires dont le pays peut s’enorgueillir sont dues à l’action que le président Ahmed Sékou Touré et son régime ont réalisé.

Gloire éternelle au Président Ahmed Sékou Touré et ses compagnons.

Moïse Rama Fils