Echangeur de Bambéto : «Tant que nous ne cessons pas d’être suffisamment indisciplinés dans la circulation, rien ne saurait garantir la fluidité à Conakry» (Balla Moussa Konaté, Ingénieur Pont et chaussées)

0
737

Conakry-Guinée : Lancé par le Président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, ce projet de construction d’un échangeur au rond point de Bambeto permettrait aux usagers de cette route de rompre avec les embouteillages qu’ils vivent au quotidien. Ces travaux pourraient encore plus impacter la circulation dans cette zone vue l’ampleur du projet.

C’est ce qu’a affirmé ce jeudi 14 avril 2022, l’ingénieur pont et chaussée, Balla Moussa Konaté. « Faire l’échangeur est une bonne chose, mais quand nous allons faire l’échangeur de Bambéto, cela pourra forcément avoir une certaine influence sur le carrefour de Hamdallaye. Ou, pourquoi pas que, lorsque les véhicules auront beaucoup plus de faciliter d’affluer vers ces différents autres carrefours qui ne sont pas adaptés, cela fera des bouchons« , explique-t-il.

La construction de cette infrastructure seule ne suffirait pas à rendre fluide le trafic routier guinéen soutient cet ingénieur qui par ailleurs fait des recommandations. « Il faudrait délocaliser beaucoup de ces lieux d’attractions vers d’autres endroits à Conakry pour pouvoir faciliter la circulation. Le plus important, tant que nous ne cessons pas d’être suffisamment indisciplinés dans la circulation, rien ne saurait garantir la fluidité à Conakry », prévient Balla Moussa Konaté.

Le manque d’infrastructures routières étant l’une des préoccupations majeures en Guinée, cet ingénieur propose l’exposition de ce plan d’action dans les institutions du pays afin de passer au peigne fin les détails de celui-ci, mais également permettre d’avoir des avis communs sur ce projet. « Mieux vaut que ce projet-là soit exposé dans les universités, dans les grands lieux de regroupement sociaux pour que chacun l’apprécie, pour que la culture du développement en matière de route s’intègre mieux dans nos consciences (…) Faciliter la circulation des populations doit être toujours une préoccupation pour les techniciens« , insiste l’ingénieur.

Il faut rappeler que ce projet est financé à hauteur de 246 millions de dollars US par le Fond koweitien pour le développement économique arabe et il s’étendra sur 30 mois.

 Moïse Rama Fils