Cadre de concertation inclusif : Voici l’intégralité du discours du Premier ministre à la session inaugurale

0
659

𝐃𝐈𝐒𝐂𝐎𝐔𝐑𝐒 𝐃𝐄 𝐌𝐎𝐍𝐒𝐈𝐄𝐔𝐑 𝐋𝐄 𝐏𝐑𝐄𝐌𝐈𝐄𝐑 𝐌𝐈𝐍𝐈𝐒𝐓𝐑𝐄, 𝐂𝐇𝐄𝐅 𝐃𝐔 𝐆𝐎𝐔𝐕𝐄𝐑𝐍𝐄𝐌𝐄𝐍𝐓 𝐀 𝐋’𝐎𝐂𝐂𝐀𝐒𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐒𝐄𝐒𝐒𝐈𝐎𝐍 𝐈𝐍𝐀𝐔𝐆𝐔𝐑𝐀𝐋𝐄 𝐃𝐔 𝐂𝐀𝐃𝐑𝐄 𝐃𝐄 𝐂𝐎𝐍𝐂𝐄𝐑𝐓𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐈𝐍𝐂𝐋𝐔𝐒𝐈𝐅 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐑𝐄́𝐏𝐔𝐁𝐋𝐈𝐐𝐔𝐄 𝐃𝐄 𝐆𝐔𝐈𝐍𝐄́𝐄

𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐩𝐫𝐞́𝐬𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐮 𝐂𝐍𝐓

𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐏𝐫𝐞́𝐬𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐈𝐧𝐬𝐭𝐢𝐭𝐮𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐑𝐞́𝐩𝐮𝐛𝐥𝐢𝐜𝐚𝐢𝐧𝐞𝐬,

𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞𝐬,

𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐂𝐡𝐞𝐟 𝐝’𝐄́𝐭𝐚𝐭-𝐦𝐚𝐣𝐨𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐅𝐨𝐫𝐜𝐞𝐬 𝐀𝐫𝐦𝐞́𝐞𝐬,

𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐂𝐡𝐞𝐟𝐬 𝐝’𝐄́𝐭𝐚𝐭𝐬-𝐦𝐚𝐣𝐨𝐫𝐬 𝐝𝐞 𝐥’𝐀𝐫𝐦𝐞́𝐞 𝐝𝐞 𝐓𝐞𝐫𝐫𝐞, 𝐌𝐞𝐫 𝐞𝐭 𝐀𝐢𝐫,

𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐇𝐚𝐮𝐭 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐚𝐧𝐝𝐚𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐆𝐞𝐧𝐝𝐚𝐫𝐦𝐞𝐫𝐢𝐞 𝐍𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞, 𝐃𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐉𝐮𝐬𝐭𝐢𝐜𝐞 𝐌𝐢𝐥𝐢𝐭𝐚𝐢𝐫𝐞,

𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐃𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐆𝐞́𝐧𝐞́𝐫𝐚𝐮𝐱 𝐝𝐞𝐬 𝐃𝐨𝐮𝐚𝐧𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐏𝐨𝐥𝐢𝐜𝐞 𝐍𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞,

𝐄𝐱𝐜𝐞𝐥𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞𝐬 𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐌𝐞𝐦𝐛𝐫𝐞𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐂𝐨𝐫𝐩𝐬 𝐃𝐢𝐩𝐥𝐨𝐦𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐂𝐨𝐧𝐬𝐮𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬,

𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐩𝐫𝐞́𝐬𝐞𝐧𝐭𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐞𝐧𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐭𝐞𝐜𝐡𝐧𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐅𝐢𝐧𝐚𝐧𝐜𝐢𝐞𝐫𝐬,

𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐩𝐫𝐞́𝐬𝐞𝐧𝐭𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐬 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐬𝐨𝐜𝐢𝐞́𝐭𝐞́ 𝐜𝐢𝐯𝐢𝐥𝐞,

𝐌𝐚𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐩𝐫𝐞́𝐬𝐞𝐧𝐭𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐮 𝐬𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐩𝐫𝐢𝐯𝐞́,

𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬, 𝐜𝐡𝐞𝐫𝐬 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐜𝐢𝐩𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐭𝐨𝐮𝐭 𝐏𝐫𝐨𝐭𝐨𝐜𝐨𝐥𝐞 𝐨𝐛𝐬𝐞𝐫𝐯𝐞́,

𝐌𝐞𝐬𝐝𝐚𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐌𝐞𝐬𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬,

Je commencerai par rendre Grâce à Dieu pour cette opportunité qu’Il nous offre. Celle de nous retrouver ici en ce deuxième vendredi du mois de Ramadan et également vendredi saint du Carême, pour parler de ce que nous avons de plus cher : l’unité de la Guinée. Cette journée, comme vous le savez, coïncide avec les Assises Nationales initiées par le Président de la Transition, Président du CNRD, Chef de l’État, Chef suprême des Armées, le Colonel Mamadi Doumbouya afin de nous inviter, nous Guinéens, à nous parler et à construire ensemble la Guinée de demain. Je me réjouis que le lancement de ce cadre de concertation ait lieu pendant que les Guinéens ont accepté de s’écouter et de se parler.

Le cadre de concertation que nous démarrons se veut inclusif, parce qu’il souhaite la participation de tous. Force est de constater que certains de ceux qui doivent prendre part à ces concertations ne sont pas là. Nous devons donc travailler à ce que ce cadre soit le plus inclusif possible et faire en sorte qu’ils nous rejoignent.

Ce lancement, au nom du Président du CNRD, Président de la Transition, Chef de l’État et Chef suprême des Armées, c’est la main tendue du Colonel Mamadi Doumbouya, parce qu’il croit en la Guinée, cette grande Nation, une nation dont la rédemption est certaine et incontournable.

C’est pourquoi, je lance un appel renouvelé au Rassemblement, à l’unité, à regarder dans la même direction, à transcender nos divergences, à passer les écueils qui sont nombreux, mais pas insurmontables, la main dans la main, épaule contre épaule. C’est seulement comme ça que nous y arriverons.

Mesdames et messieurs, je sais que les blessures et frustrations se sont accumulées au fil des ans. C’est ce qui a amené le CNRD avec à sa tête le Colonel Mamadi Doumbouya à prendre ses responsabilités le 5 septembre. Malgré sa volonté infaillible et indiscutable, ces blessures ne seront pas guéries par lui seul. C’est pourquoi, il a pris l’initiative des Assises Nationales, avec comme ambition principale d’inviter les Guinéens à s’écouter et à se parler. Comme vous le savez, les Assises Nationales constituent le premier pas vers la Vérité et le pardon. Des éléments indispensables à un dialogue apaisé.

Mesdames et messieurs, nul ne peut nier que la Guinée est en train de changer, tout comme nul ne peut contester qu’il nous reste beaucoup de chemin à parcourir, ensemble.

Je remercie très sincèrement et très chaleureusement tous ceux qui sont présents. Cette présence est une preuve éloquente de votre engagement à dialoguer, à contribuer et à apporter votre brique pour construire un pays apaisé, inclusif et solide pour les générations futures. Je demande à ceux qui ne sont pas encore autour de la table de nous rejoindre. La Guinée nous appartient tous. Aujourd’hui plus qu’hier, ma porte leur est grandement ouverte. Nous ne réussirons que si chaque Guinéen se sent concerné par les changements et réformes engagés par le CNRD et le Gouvernement.

Il est important de rappeler qu’à l’avènement du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD), des espaces de concertation ont été initiés pour écouter et recueillir les avis et propositions des forces vives de la Nation avant l’élaboration de la Charte, la mise en place du Gouvernement et du Conseil National de la Transition. La Charte de la Transition, dans son article 77 indique que « la durée de la Transition sera fixée de commun accord entre les forces vives de la Nation et le Comité National du rassemblement pour le Développement. »

Cette démarche inclusive et participative a pour objectif d’instaurer une nouvelle gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Une gouvernance faite d’écoute et de concertation. Cette main reste tendue. J’invite les absents à la saisir.

Mesdames et messieurs, à ma prise de fonction en octobre nous avons entamé des réformes profondes pour améliorer la gouvernance, assainir la gestion de nos ressources publiques. Ce travail a permis à mon gouvernement d’élaborer une feuille de route avec des ambitions claires : le retour à l’ordre Constitutionnel dans un délai qui doit être défini après la mise en place du CNT et en concertation avec les forces vives de la nation que vous êtes. Il est important de rappeler ici que le CNRD et le Gouvernement que je dirige ne sont pas candidats aux futures élections et n’ont pas de candidats. Notre seule mission est d’offrir une Guinée apaisée et refondée aux prochains dirigeants. Le Président de la Transition l’a rappelé le 22 mars dernier lors du lancement des Assises Nationales.

D’ores et déjà, j’ai instruit le Ministre de l’Administration de Territoire d’organiser une rencontre élargie avec l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile, afin qu’ensemble nous discutions des modalités de mise en œuvre de ce cadre de dialogue. C’est aussi cela, l’esprit des Assises qui se déroulent actuellement.

Je voudrais terminer mes propos en souhaitant à chacun de vous une excellente session inaugurale du cadre de concertation inclusif.

J’implore à nouveau le Bon Dieu afin qu’Il continue de faire régner la paix dans notre pays et qu’Il renforce l’entente entre les enfants de notre chère patrie, la Guinée. Amin !

𝐉𝐞 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐫𝐞𝐦𝐞𝐫𝐜𝐢𝐞.

𝐌𝐨𝐡𝐚𝐦𝐞𝐝 𝐁𝐄𝐀𝐕𝐎𝐆𝐔𝐈, 𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢𝐞𝐫 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐂𝐡𝐞𝐟 𝐝𝐮 𝐆𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭.

𝐓𝐫𝐚𝐧𝐬𝐦𝐢𝐬 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐚 𝐂𝐞𝐥𝐥𝐮𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐢𝐜𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐮 𝐆𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭.