Culture : des artistes mécontents à cause de sacs de riz….du président Doumbouya

0
565

Conakry, Guinée : lls sont venus massivement ce mardi remplir l’enceinte du département de la Culture pour réclamer leur part de riz qu’avait distribué le Président de la transition lors de sa rencontre avec les hommes de culture le 11 avril dernier au Palais Mohamed V.

Si certaines viennent revendiquer une meilleure condition de vie des artistes, la quasi-totalité de ces hommes sont venus réclamer les dix(10) sacs de riz qu’avait offerts le locataire du palais Mohamed V à tous ces hommes de la culture présents le jour de cette rencontre.

Pour l’humoriste Alhassane Diallo, la seule demande est l’obtention de leur part de riz comme les autres, les dix sacs ou rien. A défaut, c’est le départ du ministre qu’ils demanderont

 » Depuis que nous, nous sommes nés, on ne connaît que le riz. Doumbouya a donné du riz aux autres pourquoi pas nous. Soit il (Président, ndlr) nous donne le riz, soit il part de la transition ou qu’il renvoie son ministre de la Culture. Quoi qu’il en soit, nous on veut le riz, on est venu ici pour ça. Il nous faut du riz hein ! Sinon Doumbouya tu ne finiras pas la transition. C’est le riz qu’on connaît « , martèle-t-il, ironiquement, cet artiste .

En colère, certains n’ont pas tardé à réagir à nos micros et parlent de discrimination sur le choix des artistes au cours de l’invitation par l’Union Nationale des Artistes Musiciens de Guinée (UNAMGUI) dirigé par Mohamed Lakrass Cissoko

 » Depuis vendredi, on a commencé les revendications pour réclamer nos droits. Parce que le mouvement qu’on appelle UNAMGUI est venu dire qu’il parle au nom de tous les artistes guinéens mais c’est tout à fait faux. Pour notre part, on n’a pas reçu l’information. Ils sont venus rencontrer le Président et n’ont même pas pris le soin de parler des difficultés dont traversent les artistes. En même temps, ils ont eu chacun dix(10) sacs de riz. On a vu cela à la télé et on s’est senti écartés » explique Maka Kouyaté, artiste auteur-compositeur et porte-parole du groupe standard de Petit Condé.

 » Aujourd’hui, nous sommes dans la cour du département pour exprimer notre mécontentement devant tout le monde et devant l’opinion publique. On est là pour ça, on a dressé une liste et on a délégué nos aînés qui gèrent l’affaire avec les cadres du département. On espère avoir gain de cause(…) pour le moment, on est là au Ministère pour réclamer nos sacs de riz pour que les autres sachent qu’on n’a pas eu  » Explique-t-il

Pour sa part, Ibrahima Sory Dambakaté, artiste chanteur souhaite que le partage soit fait pour ne pas que cela soit l’objet de division des artistes. Pour lui, tous les artistes conjuguerons alors le même verbe après cela, au cas contraire, il n’aura pas d’entente entre ceux qui l’ont eu et nous » prévient le concepteur du titre Khility. Prévient l’artiste chanteur.

Moïse Rama Fils