Musique : Max Salam, l’artiste chanteur qui n’a eu que 800 milles francs à la sortie de son album

0
476

Conakry-Guinée : Après avoir parcouru presque la quasi-totalité des groupes orchestrales du pays, notamment le Bembeya Jazz National, le Syli Authentique, Atlantique Mélodie, le Horoya Band National ou encore le Teef 2000, Max Salam Camara subit actuellement une véritable traversée de désert. Invité dans l’émission  »Zik’s Horizon de chez nos confrères de la radio Horizon FM, le concepteur de plusieurs œuvres musicales à succès des années 80 – 90 a retracé le calvaire vécu après la sortie de sa première expérience musicale.

L’artiste à la voix mélancolique ne parvient plus à vivre des fruits de sa musique du fait d’un mauvais accompagnement managérial ce, depuis la sortie de son tout premier album intitulé ‘‘Laissez Passer » en 2005 avec une Production d’Amine Idéal Production. D’ailleurs, le concepteur du titre éponyme de cet album  »Amina » chanté à l’honneur d’une femme qui selon l’artiste était bien aimable avec lui n’a bénéficié des retombés de cet album remplie de sonneries exceptionnelles que de 800 000 (Huit cent mille) francs guinéens. « Je n’ai rien bénéficié. Et si je vous dis qu’Amine Idéal ne m’a même pas donné 1 million, vous n’allez pas me croire. Je n’ai reçu que 800 milles francs, mais cela ne m’a pas découragé. Mon premier clip a été détourné et on l’a retrouvé le lendemain à Atlanta aux Etats Unis« , a relevé Max Salam Camara.

Depuis la sortie de cette œuvre musicale, l’artiste souffle le chaud et le froid de nos jours du haut de ses 45 ans d’expérience musicale. Malgré les difficultés de la vie, Max Salam  »Coco rico » pour les intimes est parvenu à concocter un album dans la plus grande douleur avec des épargnes 17 ans après la sortie du premier. Mais par faute de preneur et de manager, son œuvre musicale dort encore dans les tiroirs.

Rappelons que Max Salam avait formé dans les années 80 un groupe musical avec le griot électrique feu Mory Kanté. Un groupe qui avait fait ses heures de gloire dans la sous-région avant d’être disloqué par les membres pour manque de compréhension et de cohésion d’idée.

Moïse Rama Fils