Immersion gouvernementale : les ministres du Travail et de la fonction publique, de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement technique font leurs points

0
457

Conakry-Guinée : Ce vendredi 1er juillet, les ministres du Travail et de la fonction publique, de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement technique étaient devant les hommes de média à la Maison de la presse, sis à la Minière, situé a Dixinn. Objectif ? Faire le point sur immersion gouvernementale, notamment le constat, les activités réalisées et les perspectives.

D’entrée, la ministre de l’Enseignement supérieures, recherche scientifique et innovation, Djaka Sidibé, a indiqué que le constat des infrastructures est alarmants. « Nous avons lancé une vaste campagne d’entretien et de réhabilitation des infrastructures au niveau des universités. Depuis lors, il y a eu  des efforts consentis dans les campus dans ces universités dans le cadre de l’amélioration des apprenants. A Kankan, Labé et Kindia, il y a des problèmes de ressources humaines, dans le cadre de la pédagogie et la recherche, il y a un manque d’équipement pour la formation des étudiants. Les efforts sont en train d’être déployés, grâce au leadership du chef de l’état« , a-t-elle expliqué.

Le ministre de l’Enseignement technique et de formation professionnelle, Alpha Bacar Barry, a rappelé que les démembrements  ne sont pas à cent pour cent de leur capacités, problème d’infrastructures, de promiscuités de Conakry jusqu’à N’zérékoré, l’absence d’équipement et d’énergie à N’Zérékoré. « Il faut reconstituer les formateurs en quantités, le manque de capacité de fonctionnement au niveau des filières privées et publiques. Surtout le privé, la formation pratique n’est pas respectée. Il faut reconstituer l’administration. Nous allons mettre 15 centre de formation pour rénover. Nous avons signé un arrêté  qui permettra à chaque travailleur d’avoir un plan de formation. S’il veut s’améliorer, faire le master, se former en informatique et l’anglais pour avoir de bon cadre et procéder au recrutement des professionnels guinéens de l’étranger pour avoir des enseignants de qualité ».

Le ministre du Travail et de la Fonction publique, Julien Yombouno, a soutenu qu’il y a des problèmes au niveau des ressources humaines. « Sur les ressources humaines, les postes sont vacants, ce n’est pas une question de mutation, mais de refus de prendre service. Toutes les structures au niveau déconcentré sont quasiment absentes. La paralysie de l’administration à l’intérieur, le manque de synergie d’action, le manque de conseils préfectoraux et de cabinets, le manque du respect du code de travail. Il faut un double déploiement horizontal et d’autre vertical des personnes. Il faut recruter, former, assurer le renforcement des capacités, réorganiser l’administration. J’ai signé 5 nouveaux textes sur les congé sdes fêtes, et introduire la formation du genre« , a-t-il conclu.

Jeannette Lory Mansaré