Manifs du FNDC : La MAOG constate la présence massive des mineurs dans les rues (Constat)

0
271

Conakry-Guinée : Dans l’après midi de ce mercredi 28 juillet 2022, jour de la première manifestation du Front anti troisième mandat, sous l’ère CNRD, la Maison des Associations et ONG de Guinée (MAOG) a dressé son bilan de cette journée. L’ONG citoyenne qui, a déployé 50 observateurs à quelques endroits de la capitale, a constaté le déploiement des agents des forces de l’ordre dans tous les carrefours de la ville de Conakry.

L’intensité des embouteillages qu’a l’habitude de connaitre la ville de Conakry a considérablement diminué, la circulation quasiment bloquée sur la route le Prince. Une fluidité de la circulation constatée sur l’autoroute Fidèle Castro. Les pneus brulés sur la route par les manifestants en colère, l’utilisation des enfants de moins de 15 et 18 ans dans les manifestions (une attitude contraire aux lois de la République et aux conventions internationales relatives aux droits des enfants), l’usage des gaz lacrymogènes et des canons à eau par les forces de l’ordre et de sécurité; la présence des médias par endroit.

Certaines boutiques étaient fermées dans quelques marchés de la ville de Conakry ; les citoyens ont vaqué à leurs activités quotidiennes notamment dans les communes de Matoto, Matam, Dixinn, Kaloum et quelques endroits de la commune de Ratoma.

Dans la journée, des protestations ont été signalées à l’aéroport et Gbessia ; plusieurs affrontements ont été constatés entre les forces de l’ordre et les manifestants notamment à Hamdallaye, Bambeto, koloma, Cosa, Wanindara, Sonfonia, etc…

Plusieurs arrestations ont été enregistrées à quelques endroits, plusieurs blessés signalés du côté des manifestants et des forces de l’ordre ; l’utilisation des projectiles par les manifestants contre les forces de l’ordre et du maintien de la paix.

Aucun cas de mort signalé pour le moment. Un cas de blessé (côté manifestant) par balle (source média).

Parmi les recommandations, la Maison des Associations et ONG de Guinée demande aux autorités de la transition de s’ouvrir aux véritables dialogues entamées par les médiateurs, et le respect des lois nationales et internationales.

Au Front national pour la défense de la constitution (FNDC), de sursoir aux manifestations de rues et de donner la chance au dialogue que toutes les forces vives de la nation ont toujours réclamé.

Aux religieux, coordinations régionales et les leaders d’opinions de favoriser à rapprocher les positions des différentes parties prenantes.

Nous appelons les manifestants à la retenue et surtout à protéger les biens publics et privés ; d’éviter de bruler des pneus sur la chaussée ; d’éviter des affrontements avec les forces de défense et de Sécurité.

Aux organisateurs, de veiller à ce que les manifestations soient pacifiques ; de respecter les règles de procédure prévues par les textes de lois qui encadrent les manifestations.

A la population de garder le calme et la sérénité et surtout d’œuvrer pour la paix et la quiétude sociale. La prise en charge des blessés de tous les côtés (manifestants et force de l’ordre).

A signaler que plusieurs de nos observateurs et même l’équipe de supervision ont reçu des gaz lacrymogènes. En tout état de cause, nous lançons un appel solennel à toutes les parties prenantes de privilégier le dialogue et surtout d’œuvrer pour la promotion de la paix et la quiétude sociale, gage de tout développement.

La Maison des Associations et ONG de Guinée MAOG en tant que plateforme nationale continuera toujours d’œuvrer pour le rapprochement des positions et surtout pour la réussite de la transition.

Moïse Rama Fils