Conakry : Les gardes communaux en colère contre leurs responsables après 9 mois sans salaire

0
297

Conakry-Guinée : Recrutés en octobre 2020 par le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation pour aider les municipalités dans leurs gestions, une centaine de gardes communaux a battu le pavé dans l’enceinte de la commune de Dixinn ce lundi 15 août 2022 pour revendiquer neuf (9) de salaire aux autorités des différentes communes de Conakry.

En plus de cette revendication, ils ont aussi dénoncé l’arrestation arbitraire de trois (3) des leurs pour avoir juste pris la parole à leur nom dans une radio de la place. « Neuf mois sans salaire » ou encore  »libérez nos amis » se quelques slogans qu’on pouvait lire sur leurs pancartes.

En colère, ces gardes communaux ont délégué trois (3) des leurs afin d’aller dénoncer les maux dont ils sont confrontés dans une radio de la place depuis l’arrêt de leurs paiements. Ces trois émissaires, juste après avoir passé dans cette émission, ont été mis aux arrêts et conduits au commissariat central de Dixinn sous ordre du maire de Dixinn.

Aboubacar Makoura Camara est de la garde communale de Matoto : « Nous manifestons ce matin parce que cela fait déjà neuf (9) mois que nous ne sommes pas payés. Et lorsqu’on a été dans une radio, nos amis étaient désignés pour aller s’exprimer ce qui est de droit, ils ont été arrêtés. Cela fait déjà 72 heures qu’ils sont au commissariat central de Dixinn« .

Soryba Sylla, chef service général de la garde communale de Matoto, manifestant, annonce qu’une démarche administrative a été faite il y a de cela six (6) mois avec la mise en place d’une commission afin d’essayer de rentrer en possession de leur dû. « Après la sortie médiatiques de nos amis qui ont été mandatés par tous les agents des gardes communales, ils ont été arrêtés sous ordre de M. le Maire de la Commune de Dixinn » accuse-t-il avant de poursuivre : « Donc, aujourd’hui, on s’est mobilisé parce qu’ils n’ont pas parlé en leur nom, mais celui de tous les agents. Nous ne pouvons pas rester bras croisés tandis que les personnes qui ont été mandatés par nous sont emprisonnés et qu’on reste inertes dans nos différentes zones. Raisons pour laquelle on s’est déployés ce matin, bien que c’est un jour férié, mais c’est de faire comprendre à M. le Maire que nous avons été recrutés par le MATD et déployés à leur niveau pour les aider dans les collectivités. Cela ne lui donne pas le droit d’arrêter un de nous« .

Si cette centaine de gardes cri à un emprisonnement illégale de leurs amis, le coordinateur de la garde communale de Dixinn pense plutôt que c’est pour insubordination qu’ils ont été mis sous les verrous. « Vos amis n’ont pas été emprisonnés parce qu’ils ont revendiqués leur salaire, loin de cela. Ils ont été emprisonnés pour une faute disciplinaire. Il y eu de l’insubordination, on les a pris et on les a enfermés. Dans l’armée, c’est la discipline », explique Mamadou Dian Baldé.

Au dernière nouvelles, les trois emprisonnés seraient en phase d’être libérés, mais les gardes communaux comptent à nouveau se mobiliser ce mardi 16 août pour réclamer les neuf mois de salaires impayés.

Moïse Rama Fils