Littérature : «Colonel Mamadi Doumbouya, le Soldat de la liberté», un ouvrage de l’ancien journaliste Alhassane Tangué Bah

0
673

Conakry-Guinée : Ce vendredi 9 septembre, à la Maison de la presse sise à la Minière, commune de Dixinn, l’ancien journaliste du quotidien national Horoya, Alhassane Tangué Bah, a animé une conférence de presse. Au menu : la dédicace de son ouvrage intitulé : «Colonel Mamadi Doumbouya, le soldat de la liberté». Cette dédicace s’inscrit aussi dans le cadre du premier anniversaire de la prise effective du pouvoir par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD).

Dans cet ouvrage de 109 pages, le doyen Alhassane Tangué Bah relate dans son introduction le règne du PDG-RDA ; l’arrivée au pouvoir du CMRN ; la parenthèse du Capitaine Moussa Dadis Camara, le régime du Président Alpha Condé avec son Rpg-arc-en-ciel ; la prise du pouvoir par le Colonel Mamadi Doumbouya le 5 septembre 2021, l’espoir qui renaît pour le peuple de Guinée. Puis une de ses expériences vécue pendant la première République.

L’auteur décrit le sacrifice, le courage et la bravoure du Colonel Mamadi Doumbouya qui ont permis au peuple de Guinée de découvrir le soleil de la liberté, le dimanche 5 septembre 2021. L’échec de la classe politique guinéenne qui a géré de l’indépendance en 1958 à nos jours, à créer une nation guinéenne, basée sur des valeurs démocratiques, de justice, de respect des droits humains et de l’alternance démocratique.

L’ouvrage rappelle également l’échec des régimes précédents à pouvoir mettre en valeur les riches potentialités économiques, en vue de hisser la Guinée, à un niveau de développement économique, à la hauteur des immenses ressources du pays. La seule manière d’empêcher les jeunes guinéens de mourir dans la méditerranée ou dans le désert maghrébin en voulant se rendre en Europe à la recherche d’une vie meilleure.

M. Bah revient dans cet ouvrage sur l’absence de l’alternance démocratique qui est à l’origine des coups d’Etat militaires que le pays a enregistrés après la mort du Président Ahmed Sékou Touré qui a régné pendant 26 ans (1958-1984), suite au décès du Président Lansana Conté qui a dirigé pendant 24 ans (1984-2008). Même qu’Alpha Condé élu en 2010, qualifié par tout le monde d’opposant historique ayant vécu en France, pays des droits de l’Homme, a emprunté le même chemin de présidence à vie, en changeant de Constitution pour s’octroyer un troisième mandat.

C’est dans cette situation sociopolitique de calvaire et de tension, prévalant dans le pays, que le CNRD sous la direction du Colonel Mamadi Doumbouya a décidé de prendre ses responsabilités, en renversant le régime d’Alpha Condé, en cette date historique du 5 septembre 2021. M. Alhassane Tangué Bah considère le coup d’Etat du 5 septembre 2021 comme une libération pour la Guinée, en entamant ainsi une nouvelle étape historique sous le leadership du Colonel Doumbouya qui a décrété la justice comme la boussole qui orientera tous les Guinéens.

M. Bah relate quelques chantiers de la Transition qui sont ouverts dans le cadre de la refondation de l’Etat, la rédaction de la nouvelle Constitution, la préparation du processus électoral qui seront réalisés dans une période de 36 mois délai adopté pour la durée de la Transition par le CNT. Dans l’ouvrage, on y trouve la Charte de la Transition, quelques discours du Colonel Mamadi Doumbouya, notamment le message de nouvel an 2022, le discours du 22 mars à la cérémonie du lancement des Assises nationales, l’adresse à la nation le 30 avril 2022 depuis Boffa sur la durée de la Transition.

«J’ai été inspiré par le sacrifice, le courage et le patriotisme du président colonel Mamadi Doumbouya. Je pense que c’est un patriote qui a vraiment réussi à libérer le pays. On vivait dans une situation très difficile ici, c’est pourquoi il faut vraiment louer ce qu’il a fait le 5 septembre. C’est vraiment un homme de courage, qu’il faut encourager et saluer. Le bilan, depuis son arrivée, est énorme, il a fait assez de choses. Nous avons désormais un grand hôpital à Donka, nous avons pu achever cette route Coyah-Kindia-Mamou. ça fait plus de 3 ou 4 qu’on était pas parvenu à achever cette route. On est en train de faire assez de choses, on a assaini la fonction publique aussi où il y avait des gens qui refusaient d’aller à la retraite. Nous pensons qu’après les 3 ans, il y aura une nouvelle classe politique en Guinée, qui sera débarrassée du démon ethnocentrique, régionaliste. On espère qu’on aura un président qui se mettra au travail. La Guinée est en retard sur le plan économique. (…). Après les 36 mois, nous prions Dieu d’avoir les meilleurs politiciens pour que la Guinée puisse décoller économiquement», a-t-il soutenu.

Il faut rappeler que M. Alhassane Tangué Bah est un ancien journaliste du quotidien national Horoya qu’il a intégré en 1979. Quelques années après, il a été nommé chef de la rubrique internationale, poste qu’il occupera pendant plus d’une décennie. Il a bénéficié de nombreux stages de formation dans plusieurs pays. Il a couvert des visites présidentielles à plusieurs reprises, notamment les visites du Président Lansana Conté à Praia, capitale du Cap Vert en 1987, à Dakar, Sénégal, lors du sommet de la CEDEAO en 1993, au Koweit City (Koweit), à Kuala Lumpur (Malaisie), à Singapour en septembre 1995. Il a participé à plusieurs stages de formation et a animé des séminaires de formation en journalisme au compte de l’Association des journalistes de Guinée (AJG) et de la Presse de la Francophonie (UJPLF), de l’OGUIDEM dont il était membre du bureau exécutif.

L’auteur est assistant électoral et est le rédacteur en chef du magazine CENI Info de la CENI (Commission électorale nationale indépendante).

Souleymane Doré