Transition en Guinée : Enfin, le Colonel Mamadi Doumbouya crée le Cadre de dialogue inclusif (Décret)

0
317

Conakry-Guinée : Dans un décret lu sur les ondes de la télévision nationale ce lundi 19 septembre, le Président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a créé un cadre de dialogue inclusif en République de Guinée.

A son article 2, le décret précise que : «Placé sous l’autorité du Premier ministre, Chef du gouvernement, le cadre de dialogue inclusif vise à favoriser des échanges constructifs entre les acteurs des Forces vives de la nation sur la transition. Le Premier ministre coordonne les activités du dialogue et rend compte périodiquement au Président de la Transition ».

Article 3 : Le cadre de dialogue inclusif est un organe regroupant le gouvernement, les partis politiques et la société civile. Les critères de choix et le nombre de délégués seront déterminés après consultation entre les parties prenantes et les facilitateurs nationaux.

Article 4 : Le cadre de dialogue inclusif est animé par un groupe de facilitateurs nationaux reconnus sur la base des critères de moralité, de neutralité et d’expertise. Les facilitateurs nationaux sont nommés par arrêté du Premier ministre, chef du gouvernement et ont pour rôle de présider les plénières, modérer les discussions, faciliter une bonne communication entre les parties prenantes, rapprocher les positions entre les parties prenantes, veiller au respect des modalités pratiques du dialogue, œuvrer pour l’atteinte des objectifs escomptés par le dialogue.

Article 5 : Le groupe de facilitateurs nationaux est appuyé par un comité technique composé d’une équipe conjointe de la Primature et du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation.

Article 6 : Un arrêté du Premier ministre, chef du gouvernement définit la composition, l’organisation et le fonctionnement du cadre de dialogue inclusif.

Article 7 : Les résultats issus des travaux du cadre de concertation inclusif créé par le décret D/2022/0190/PRG/CNRD/SGG du 6 avril 2022 sont intégrés au cadre de dialogue inclusif.

Article 8 : Les dépenses liées au fonctionnement du cadre de dialogue inclusif sont imputables au budget de la Primature au titre d’une allocation spéciale.

Article 9 : Le Premier ministre, chef du gouvernement est chargé de l’application du présent décret.

Il faut rappeler que ce cadre de dialogue formalisé par un décret était tant réclamé par les principaux partis politiques du pays et les organisations de la société civile.

Souleymane Doré