Guinée : Vers l’élaboration de la Politique urbaine nationale

0
439

Conakry-Guinée : Ce mercredi 9 novembre, s’est tenu dans un réceptif hôtelier de la place, l’atelier national de développement de la Politique urbaine nationale de la Guinée. C’est dans le cadre de la mise œuvre concertée du Projet SANITA Villes Durables, financé par l’Union Européenne, que le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire à travers la Direction national de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme (DATU), en collaboration avec le Programme des Nations Unis pour les Etablissements Humains (ONU-Habitat), a organisé cet atelier.

Mme Gwendoline Mennetrier, représentante de l’ONU-Habitat en Guinée et coordinatrice du Projet SANITA Villes Durables, a, dans son discours de circonstance, indiqué qu’aujourd’hui le taux de croissance urbaine annuel est d’environ 2 à 3% en Guinée. «C’est un rythme élevé qui appelle des réponses adaptées, la population de Conakry va doubler d’ici 2040. Nous le savons tous, la croissance rapide de la population présente toutes sortes de défis. Certains pays ont donc choisi de s’acheminer vers le développement de politiques dédiées. Aujourd’hui, ONU Habitat appuie 56 pays dans ce processus de développement de politiques urbaines nationales, dont la Guinée», a souligné Mme Mennetrier.

Elle a précisé que ce processus vise deux principaux enjeux : d’abord mobiliser le soutien politique et institutionnel en faveur d’une action concertée visant à façonner la trajectoire de la croissance urbaine ; ensuite développer les capacités techniques, les cadres juridiques et les instruments financiers aux fins de réalisation harmonieuse de cet engagement politique et institutionnel. «La finalité de toute politique urbaine nationale est de définir une vision, des principes directeurs et un ensemble de mesures multiples que le gouvernement doit mettre en place pour réaliser certaines des possibilités jugées pertinentes et juguler les problèmes découlant de la concentration de la croissance de la population et de l’activité économique. Toute politique urbaine nationale couvre, en principe les intentions générales et les actions concrètes à mettre en œuvre par le gouvernement dans ses villes et ses communes dans la perspective d’une amélioration de leur mode de fonctionnement sur les plans économique, social et environnemental. Cela l’aidera à répondre de manière plus efficace et équitable à la croissance future, à améliorer le bien-être de ses citoyens et à mieux prévenir leur vulnérabilité contre les risques de catastrophe naturelle. La politique urbaine nationale peut couvrir toute une gamme de mesures et d’instruments politiques variés qui, mis ensemble, fonctionnent nettement mieux», a martelé la Coordinatrice du Projet SANITA Villes Durables. Enfin, Mme Gwendoline Mennetrier espère qu’avec le solide engagement du gouvernement guinéen et de l’ensemble des parties prenantes, la Politique urbaine nationale pave le chemin d’un développement urbain plus transformateur, inclusif et résilient à long terme.

L’ambassadrice de l’Union Européenne en Guinée, Mme Jolita Pons, a souligné que le domaine de l’urbanisme touche à la fois le cœur de l’action gouvernementale et aussi les conditions de vie très concrètes des populations. «L’aménagement urbain inclut d’autres sujets de première importance dans la vie quotidienne, d’une ville comme d’une région : l’assainissement et la mobilité, les deux au cœur de l’action de l’UE en Guinée. L’assainissement urbain est un secteur principal de concentration des efforts conjoints de l’UE et de la République de Guinée dans les années 2014-2020 reconfirmé pour la période 2021-2027», a rappelé Mme Pons. Même que la mobilité régionale sur le corridor Praia-Dakar-Abidjan, y inclus la mobilité des villes desservies comme Conakry, est une initiative phare de la programmation régionale de l’UE en Afrique de l’Ouest dans le cadre de la nouvelle «Global Gateway initiative» lancée par notre présidente Ursula non der Leyen en décembre 2021.

Selon elle, la Politique Urbaine Nationale de Guinée est donc une occasion unique pour les Guinéens pour affirmer leur vision dans le déploiement des interventions dans les deux secteurs cités. «C’est pour les raisons précitées que l’UE a voulu s’engager dans ce projet SANITA villes durables mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour les Etablissements Humains, dans le cadre plus général de l’Objectif de développement durable n°11 Villes et communautés durables qui se fixe de « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables». L’ambassadrice de l’Union européenne en Guinée a apprécié le fait que le processus soit mis sur une base large, participative et qu’elle inclue toutes les parties prenantes du développement urbain : le Gouvernement, des organisations de la société civile nationale, du secteur privé, des partenaires techniques et financiers, des corporations, des universités et centres de recherches. «Parce que la PUN permettra au gouvernement de définir les priorités nationales y inclus mais non limitées à l’assainissement et de la mobilité et identifier les axes stratégiques de sa politique urbaine. Cela ne peut réussir que si les acteurs donnent leur avis honnête sur les véritables enjeux de l’urbanisation en Guinée. Par conséquent, j’apprécie beaucoup que nous travaillions avec les bons et solides partenaires. Permettez-moi de souligner que le rôle fort et proactif du MUHAT signifie que le processus va dans la bonne direction techniquement et politiquement. Étant donné que le processus de la Politique Urbaine Nationale est très important, il devrait être placé sur une large base au sein du gouvernement». Mme Jolita Pons a réaffirmé que l’Union européenne est et restera un partenaire fiable lorsqu’il s’agit de travailler ensemble au profit du peuple guinéen.

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire, le Colonel Ibrahima Sory Bangoura, a rappelé que parmi les cinq résultats attendus du Projet SANITA villes Durables, un résultat est dédié à l’élaboration de la Politique Urbaine Nationale. «La Politique Urbaine Nationale sera un document de référence pour orienter les initiatives, favoriser un développement harmonieux et faire de l’urbanisation, un levier d’un développement national intégré et durable. La Politique Urbaine Nationale définira aussi les orientations stratégiques, les rôles et les responsabilités des différents acteurs. Cette politique permettra de mettre à la disposition du gouvernement guinéen et des collectivités, des orientations nationales en matière d’aménagement du territoire, et les outils nécessaires pour guider le développement urbain et rendre l’espace des villes plus aptes à recevoir des infrastructures et offrir les services adéquats que sont l’approvisionnement en eau et en électricité, le ramassage des ordures ménagères, la collecte des eaux usées et les eaux pluviales, l’éclairage public, la sécurité», a renchéri le Colonel Bangoura.

Il faut rappeler que cet atelier national de développement de la politique urbaine nationale fait suite aux huit ateliers régionaux organisés dans les différentes capitales régionales administratives de l’intérieur du pays et la zone spéciale de Conakry. Ils se sont déroulés dans un cadre d’échanges, de partage d’informations et d’expériences sur les réalités de l’urbanisation en Guinée, ses enjeux, ses défis, ses perspectives et les priorités régionales. «Cet atelier national est d’une importance capitale dans ce processus de développement de la Politique urbaine nationale dans la mesure où il permettra de définir les priorités nationales et d’identifier les axes stratégiques de cette politique, des éléments qui seront les bases pour la rédaction de la prospective urbaine et des propositions d’orientations pour la Politique Urbaine nationale de Guinée. Je vous exhorte durant les travaux de cet atelier, à des réflexions approfondies et des suggestions pour la mise en œuvre des activités de développement de cette politique afin de permettre d’aller vers des villes plus durables et inclusives, et en capacité de porter le processus de développement urbain national et d’améliorer subséquemment, la qualité de vie de nos populations», a conclu le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire.

Souana Doré