samedi, avril 13, 2024

Électricité : Tout ce qu’il faut savoir sur les causes du délestage en Guinée.

Depuis un bon moment, le manque d’électricité à Conakry et certaines villes à l’intérieur du pays continu à se faire sentir avec un regret et amertume. Aujourd’hui, le constat est réel après plusieurs bonnes années. Si les guinéens aspiraient avoir tourné la page de la question du problème de délestage. Alors, ce n’était juste qu’une joie d’une période allant à une autre. Mais la question que bon nombre de consommateurs se pose, c’est quels sont les véritables raisons de ce délestage qui était pourtant devenu un souvenir lointain pour le pays. Pour en savoir plus, M. Moussa Koulibaly Expert en électricité et consultant invité dans l’émission ‘’Horoya Politique’’ de nos confrères du Quotidien National Horoya, est revenu de long en large sur les problèmes qui assaillent notre secteur énergétique notamment, les bases de ce délestage qui est d’actualité avant de proposer des pistes de solutions à l’Etat guinéen pour les horizons avenirs.

D’entrée, M. Moussa Koulibaly n’a pas tergiversé en abordant ce sujet de délestage que subit actuellement la population. Tout en faisant savoir que les barrages Souapiti, Kaléta et Garafiri ensemble produisent au moins 3300 Wh d’énergies par an sont frappés par une sècheresse excessive qui entraine un délestage total chez les consommateurs en ce début de saison sèche.

Construit sur le fleuve de Konkouré, l’un des plus grands centres de productions électriques du pays qui prend sa source dans le Fouta djallon est en incapacité de produire du courant électrique 24/24 aux populations, A l’heure actuelle, le barrage souapiti est confronté à une baisse d’eau drastique. Pour éviter le pire, les autorités guinéennes avec tous les acteurs du secteurs énergétiques ont décidé de réduire la production selon notre interlocuteur, un plan de fonctionnement a été imposé, d’oû le délestage constaté actuellement à travers le pays.

«85% de l’électricité qu’on consomme viennent des barrages hydroélectriques notamment soupiti, kaléta garafiri. A date, on a consommé plus de 50% d’eau stockée de souapiti. Alimenté par quatre groupes dont un fait 112Mw. Au total 450Mw. Lorsque souapiti fonctionne avec trois groupes chaque tribune prélève de l’eau dans le barrage,,les tribunes de 200m3 sont prélevées par seconde. Il n’y a pas d’apport d’eau en amont parce qu’il ne pleut pas. Donc l’eau est inférieure à la quantité d’eau qu’on prélève dans le barrage. cela entraine une baisse de taux au niveau du barrage souapiti qui produit la grande partie de l’électricité qu’on consomme. On est en début de la saison sèche, il reste encore plusieurs mois. C’est pourquoi, on a procédé à arrêter les groupes de souapiti la journée pour réduire la consommation d’eau. Si, non au cas échéant, on sera obligé d’arrêter la production. C’est pourquoi les autorités ont décidé avec les acteurs à un plan de production» a confié M. Koulibaly dans l’émission Horoya Politique

Plus loin, à l’entendre il est note que cela ne devrait pas être à l’origine du délestage. Si toutes les conditions sont réunies par l’Etat. Les populations ne devraient en aucun cas manquer d’électricité.


Poursuivant, selon lui, il existe d’autres solutions, c’est de faire recours aux centrales thermiques pendant que les barrages hydroélectriques sont à l’arrêt à défaut de se tourner vers les lignes interconnexions internationales, au cas où tout cela n’est pas possible, il oriente le gouvernement à penser à faire venir une centrale thermique flottante pour assurer la continuité comme une dernière solution.


«Lorsque Kaléta, souapiti réduisent leurs productions le matin et la journée au même moment, on devrait avoir des centrales thermiques à ailleurs pour prendre le relais pendant que les hydrauliques sont à l’arrêt. Personne ne va sentir le délestage et l’autre solution aussi, ce sont les lignes des interconnexions internationales . Aller vers les pays de la sous régions pour nous assister dans la continuité de la production pour alimenter les abonnés. La dernière solution actuellement, c’est de faire recours à une centrale thermique flottante comme le bateau KPS qui était là pour faire passer pour éviter l’interruption de la production de l’électricité» a-t-il proposé comme dernière solution.

A en croire, il a dressé une statistique que notre pays peut estimer avoir en quantité d’énergie par an avec seulement l’ensemble de ses propres cours d’eaux qu’il dispose. Si, l’Etat envisage de les valoriser.

A rappeler que, M. Moussa Koulibaly Ingénieur électricien a participé à plusieurs projets à savoir, celui de la construction du barrage hydroélectrique de Kaléta, de Souapiti, de l’interconnexion Guinée Mali et de plusieurs centrales thermiques du pays. D’ailleurs, où il évoluait comme expert électrique et coordinateur.

«La Guinée avec tous les potentiels qu’elle possède avec plusieurs études que nous sommes en train de faire et qui ont été faites, la Guinée regorge un énorme potentiel hydroélectrique de 6000Mw de puissance installée et une énergie garantie environ de 19000Gw/an. C’est ce qu’on peut estimer avec les 1100 cours d’eaux que la Guinée regorge. On peut produire toutes ces énergies. Les barrages Kaléta et Souapiti et Garafiri produisent ensemble au moins 3300 Wh d’énergies par an. Si, nous avons toutes nos sources hydroélectriques, on peut produire les 19000Wh», a t-il fait comprendre

Souleymane Neuf Camara

Photos : Aboubacar Bangoura

Latest

Newsletter

spot_img

Don't miss

spot_imgspot_img

Financement de 20 milliards gnf : BNIG et FODIP s’activent pour fortifier l’économie guinéenne.

En ce début de semaine a eu lieu la mise en place d’une ligne de financement de 20 milliards de francs guinéens. La cérémonie...

Projet PIDACC : Publication de l’attribution du contrat relatif au recrutement d’un Consultant individuel chargé de la revue à mi-parcours du PIDACC-BN/GN

PUBLICATION DE L’ATTRIBUTION DU CONTRAT RELATIF AU RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT INDIVIDUEL, CHARGE DE LA REVUE A MI-PARCOUR DU PIDACC-BN/GN NOTE D’INFORMATION Secteur                                                   : Hydraulique                                                : Référence de...

Projet PIDACC : Avis d’Appel d’Offres Ouvert (AAOO) pour l’acquisition de kit de foin de brousse et presses à pagne incorporé

Avis d’Appel d’offres Ouvert (AAOO) Invitation à soumissionner (IAS) BIENS IAS N° : 01/MEHH/PIDACC-BN/GN Acheteur : Ministère de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures Projet : PROGRAMME INTEGRE DE...