Dansa Kourouma : « La société civile n’a pas de leçon à recevoir de l’opposition »

0
841

Conakry, Guinée : Le Président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinée (CNOSCG) s’est insurgé ce mercredi 20 Mai contre la déclaration de l’opposition politique qui rejette le décret nominant le juriste Mamady 3 Kaba, commissaire à la CENI en remplacement de feu Me Amadou Salifou Kébé, décédé.

L’opposition dans son entièreté soutien que l’acte est illégal et qualifie d’ailleurs le ‘’désigné’’ du CNOSCG de militant de la mouvance.

Outré par cette sortie, Dansa Kourouma est monté au créneau pour indiquer à l’opposition que la société civile n’a pas de leçon a recevoir de l’opposition. Pour lui, cette manière de la classe politique est une injonction pure et simple dans les affaires de la société civile. L’opposition dans son argumentation, qualifie le ‘’désigné’’ du CNOSCG de militant acquis à la cause de la mouvance. Cette appellation, met le Président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne dans tous ses états.

« C’est maintenant ils le disent, mais quand Mamady 3 Kaba a dirigé la commission technique du fichier, pourquoi on ne l’a pas dit en ce moment qu’il était militant ? Pourquoi il n’a pas été récusé ? Et pourquoi il a été félicité. J’ai été même appelé et félicité pour le choix que j’avais porté sur Mamady 3 Kaba. Alors, nous sommes en politique et nous connaissons l’équation politique, c’est à plusieurs inconnues qui est beaucoup plus basée sur des intérêts, ce n’est pas du tout des valeurs qui sont incarnées par l’homme » réagit le numéro 1 du CNOSCG.

« C’est une injonction grave de l’opposition dans le fonctionnement de la société civile. La société civile n’a pas de leçon à recevoir de l’opposition, d’ailleurs d’un quelconque parti politique parcequ’on sait, quand il s’agit de designer les représentants des partis politiques à la CENI, la société civile ne s’immisce pas » met-il en garde.

Dans une déclaration publiée mardi, l’opposition juge que « cette désignation de M. KABA est illégale au regard de l’article 11 de la Loi organique n044 du 5 juin 2018 portant organisation, attributions et fonctionnement de la CENI ».

Mais pour Dr Dansa Kourouma, les membres de la société civile sont légalistes et respectent le choix des partis politiques. Il invite ainsi es partis politiques à leur tour de respecter leur choix dans cette désignation de Mamady 3 Kaba comme commissaire.

Poursuivant, le Président du CNOSCG soutient que cette déclaration de l’opposition politique est autant subjective que nulle ne peut ignorer l’appartenance de la personne désignée à la société civile.

«S’immiscer dans le choix de la société civile est une injonction grave, cela prouve à suffisance l’appétit de la classe politique guinéenne à phagocyter la société civile, à happer la société civile dans le carcan politicien et ça c’est inacceptable et je ne le cautionnerai jamais » a-t-il martelé.

Dansa Kourouma dit être droit dans ses bottes et ne reculera que devant la loi et des valeurs qui gouvernent son organisation. Pour lui, toutes autres tentatives, velléités ou machinations ne sont que de la plaisanterie.

Pour Cellou Dalein Diallo et cie :  » La désignation de M. KABA comme Commissaire à la CENI intervient 10 jours seulement après sa nomination au poste de Directeur de cabinet de M. Amadou Damaro CAMARA, Président du Parlement issu du coup de force du 22 mars. Or, il n’est un secret pour personne que M. CAMARA qui se considère comme dauphin constitutionnel est intéressé à bien des égards par les prochaines échéances électorales. »

En plus de l’opposition politique, le Barreau de Guinée a annoncé qu’il a porté un recours contre le décret nommant M. Kaba à la CENI au près de la Cour Constitutionnelle.

Moise Rama Fils