« Gestion opaque », « déni de démocratie » au FNDC : Sano lourdement chargé

0
680

Conakry, Guinée : après plus d’un an de bataille politique pour la défense de la constitution de mai 2010, s’opposant systématiquement à une nouvelle constitution, ouvrant ainsi à un éventuel 3 ème mandat du président Alpha Condé, une partie du front National pour la défense de la constitution ( FNDC), remet en cause la gestion du sa coordination actuelle et se désolidarise d’Abdourahamane Sano.

La conférence de presse a été animée ce jeudi 4 juin par une partie des antennes de Conakry en l’occurrence Bah bella, président de la jeunesse citoyenne, Ibrahima keita, coordinateur de la troisième dynamique du FNDC, M. Aly Kansory Manè, coordinateur du mouvement won Na Keri et trois autres membres du FNDC.

Cette prise de position de ces insurgés du FNDC vis-à-vis du président de la PCUD M. Abdourahmane Sano, s’ explique par « une tendance de plus en plus politique du mouvement dans laquelle ne se reconnaissent pas bon nombre de citoyens » regrette le collectif avant de dénoncer « la gestion opaque au sein du FNDC ».

Les membres des antennes de l’intérieur et de l’extérieur du pays, ainsi que tous les autres contributeurs n’ont jamais reçu un quelconque rapport financier de la coordination nationale.

A noter qu’il y a plus de 30.000 USD récoltés sur la cagnotte en ligne, alors que le mouvement a de nombreux blessés et prisonniers qui sont dans le besoin.

Dans la même lancée, ils regrettent « la prise de décision unilatérale du coordinateur du FNDC dans le fonctionnement des antennes plus particulièrement au niveau de la diaspora, en France, en Allemagne, aux USA et en Belgique. La dernière en date est le déni de la démocratie dans l’élection du coordinateur de la Belgique. Toutefois, l’ensemble de ces manquements interpellent tout le monde et, en premier, Monsieur Abdourahmane Sano, coordinateur national du FNDC sur les questions de leadership, du fonctionnement du mouvement et, surtout de la continuité des actions du FNDC. Par ailleurs, le collectif des antennes du FNDC a rappelé que le sens de la responsabilité incombe d’alerter les leaders du FNDC, sur l’absolue nécessité de repenser le leadership, le fonctionnement et les stratégies du FNDC afin que le combat du peuple aboutisse à faire partir Alpha Condé et son clan, conformément à la constitution du 7 mai 2010« .

S’agissant de la démission d’Elie Kamano, M. Bella Bah dira  » il a trahi sa conscience et s’est trahi lui même ».