Labé : Un voleur récidiviste pris en flagrant délit

0
324

Labé-Guinée : L’insécurité est devenue le vécu quotidien des citoyens de la commune urbaine de Labé. Dans l’après-midi de ce samedi 12 septembre 2020, c’est un jeune âgé d’une trentaine d’années qui a été pris la main dans le sac en train de voler des cartons de marchandises à la gare routière. Grâce aux agents de la garde communale en collaboration avec les chauffeurs.

Le responsable de la dite garde communale, le Commandant Ousmane Bah,  revient sur les circonstances  de cette arrestation : « C’est un habitué des faits. A chaque fois, il vol des marchandises mises dans les camions ou voitures. Il attend jusqu’à ce que les chauffeurs commencent à embarquer les bagages pour profiter et venir voler. Certains parmi ces chauffeurs sont obligés de rembourser des choses qu’ils n’ont pas mangées. Je connais même quelqu’un d’entre eux qui a été sommé de payer une somme de 25 millions de ce genre. On est témoin de cela. Aujourd’hui, ils ont eu  la chance,  on l’a pris et on va le transférer au commissariat central ».

Le chargé des conflits et négociations à la CNTG, Mamadouba Banks Camara, a renchéri : « Je remercie la garde communale et je remercie un militaire qui nous a aidé pour envoyer le jeune à la garde communale. Moi, j’avais dit à mes éléments de le bastonner bien, car on en a marre. On a payé beaucoup de choses que nous n’avons pas consommées. Mais à chaque fois qu’on l’envoi, il dit que lui il fait 3 jours ou 4 jours après il sort de la prison civile. Partout où on va le rencontrer cette fois-ci ça ne serait pas bon parce qu’il nous a fait trop souffrir ».

Interrogé, le présumé voleur n’a pas nié les faits qui lui sont reprochés. Il a accusé sa marâtre d’être responsable ce qui lui arrive. « C’est vrai, je suis coupable. Je suis originaire de Teliré Diogoma. C’est la coépouse de ma maman qui est responsable de mon état. A chaque fois  que je vole, on m’arrête. J’étais récemment au village et aujourd’hui je suis venu pour prendre ces cartons de sardines et de bouillon en poudre et ils m’ont arrêté. J’ai été deux fois emprisonné à la maison centrale. Je demande pardon au propriétaire comme je n’ai pu envoyer les cartons », se défend Mamadou Saidou.

Aissatou Diallo Labe pour guineetime