Pouvoir et Opposition divisés autour des représentants de l’opposition à la CENI

0
260

Un véritable quiproquo a débuté entre le pouvoir de Conakry et une partie de l’opposition guinéenne -composée de l’ADP et du Collectif des partis- autour de la question relative aux dix représentants que confère la loi aux partis politiques de l’opposition dans la nouvelle commission électorale nationale indépendante qui devrait voir bientôt le jour en Guinée

 » L’opposition dans sa diversité va nous envoyer 10 représentants » pour la nouvelle CENI, ou encore  » les Centristes sont de l’opposition », par ces deux phrases, le ministre guinéen de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, semble jeter un pavé dans la marre ! Ces affirmations ne sont guère du goût  de la frange importante de l’opposition, du moins en croire les résultats de la dernière présidentielle. L’ADP et le Collectif des partis révendiquent ces dix places.

Aboubacar Sylla, porte-voix de ces deux blocs, contre-attaquait ce matin sur les ondes d’une radio locale- Espace Fm- en affirmant que  » l’opposition, c’est l’ADP et le Collectif des partis pour la finalisation de la transition ».

Le  » patron » de l’UFC poursuit que leurs alliances vont  » parfaire » les listes d’ici à demain, pour être déposées au department de l’Intérieur. Dans le même sens d’idées, Sylla menace que son camp recuserait cette liste si le ministre Condé procédait à des modifications.

 » La nouvelle loi sur la Ceni  n’a pas pris en compte les centristes. Jean Marie Doré a même demandé un amendement de la loi. Alassane Condé nous ramène en arrière » remaque le président de l’UFC.

Lors de la célébration du 54ème anniversaire de l’Indépendance à Boké, le président guinéen dans son discours, affirme qu’il est temps d’aller aux élections et n’excluait guère le choix de laisser sur le quai ceux qui ne voudraient s’embarquer dans le train des législatives.

Pourtant, sur la question de l’opérateur sud-africain, les lignes ne semblent encore bouger du côté des opposants.

« Nous demandons un appel d’offres pour recruter un opérateur électoral performant. La confiance est entamée entre l’opposition et cet opérateur. Nous n’avons pas d’autres révendications majeures après » exige le porte-parole de l’ADP et du Collectif.

Lors de la marche de l’opposition en fin septembre dernier, la fin du contrat de waymark en Guinée était sur les pancartes des manifestants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici