CAN 2013 : visages des 16 équipes…

0
271

On connaît désormais les quinze équipes qui rejoindront l’Afrique du Sud, pays organisateur, en phase finale de la CAN 2013. Footafrica365.fr vous propose un coup de zoom rétrospectif sur ces éliminatoires.

Trois grands absents

Outre l’Egypte, éliminée au tour précédent par la Centrafrique, le Cameroun manquera également sa deuxième phase finale de rang. Battus 2-0 à Praia par le Cap-Vert, les Lions Indomptables ont eu le grand tort d’encaisser un but d’entrée, dimanche à Yaoundé. Se qualifier devenait dès lors une mission impossible pour une équipe peu inspirée, qui ne réussit à l’emporter qu’in extremis (2-1), pour l’honneur. Composé presque uniquement d’anciens, le commando de Jean-Paul Akono n’était pas à la hauteur. Le Cameroun va devoir se remettre en question s’il veut retrouver la CAN dans un avenir proche. Au moins, la sortie de route se sera-t-elle passée dans le calme. On ne peut hélas en dire autant de celle du Sénégal. Dominés par les Eléphants de Côte d’Ivoire, les Lions de la Teranga n’auront pu aller au bout de leur affrontement. Après que Didier Drogba ait inscrit le but du break, son deuxième de la soirée, le public du stade Sedar Senghor est entré en furie, contraignant l’arbitre à interrompre puis arrêter définitivement la rencontre. Le Sénégal a sans doute perdu bien plus qu’un match samedi.

Le Maghreb en force
Pour la première fois depuis 2004, les trois grandes nations du Maghreb seront présentes en phase finale, à partir du 19 janvier 2013 en Afrique du Sud. La plus régulière à ce niveau, la Tunisie, s’est qualifiée sans convaincre et sans battre la Sierra Leone sur deux manches (2-2 à l’aller, 0-0 au retour à Monastir, samedi). Quart de finalistes cette année, les Aigles de Carthage de Sami Trabelsi peuvent mieux faire dans le jeu. Sur une excellente dynamique depuis l’arrivée à sa tête de Vahid Halilhodzic, l’Algérie a maîtrisé son sujet d’un bout à l’autre face à des Libyens plus versés sur la provocation que sur le football. Enfin, le Maroc est revenu de très loin. Désormais sous la houlette du local Rachid Taoussi, les Lions de l’Atlas ont patienté plus d’une heure pour faire sauter le solide verrou mozambicain. Quand il arrive à insufler de la vitesse à sa maîtrise technique, ce Maroc-là peut faire mal.

Les Requins ne sont plus des Bleus…
Cela faisait quelques années que le Cap-Vert affichait de nets progrès. Saluons l’émergence de cette génération de joueurs talentueux, mélange de locaux et de professionnels évoluant au Portugal, mais aussi dans des Championnats d’Europe de l’Est, ou encore en France (le Lillois Mendes, le Rémois Fortes et le Castelroussin Nando). Grâce à leur victoire de l’aller, les Requins Bleus ont accroché le Cameroun à leur tableau de chasse. Ils disputeront en Afrique du Sud la première CAN de leur histoire. Un objectif qui était également celui des Fauves de Centrafrique. Il s’en est fallu de quelques secondes, au coeur de ces neuf interminables minutes de temps additionnel généreusement accordées par l’arbitre de la rencontre au Burkina Faso, vainqueur 3-1 et qualifié grâce à Alain Traoré, auteur du doublé. Ce ne sera pas la première participation de l’Ethiopie, mais après trente ans d’absence, cela a presque la même saveur. Battues 5-3 au Soudan, les Antilopes Walya ont renversé la vapeur sur leur pelouse dimanche (2-0).

Des valeurs stables… et des retours
Intervenant moins d’un an après la précédente édition, ces éliminatoires ont également été marquées par une certaine stabilité des valeurs. Les grosses cylindrées (Ghana, Mali) et les tenants du titre (Zambie) seront au rendez-vous. Quant au Nigeria, il retrouve la phase finale après avoir manqué en 2012 sa première édition depuis des lustres. Le gagneur Keshi a semble-t-il transmis son fighting-spirit à ses Super Eagles, auteurs du carton du week-end face au Liberia (6-1). Autre retour, ceux de la RD Congo et du Togo. Bénéficiant à plein de la décision d’Emmanuel Adebayor de réintégrer les rangs des Eperviers, les hommes de Didier Six ont pris le dessus sur le Gabon, dont l’ex-sélectionneur, Gernot Rohr, a conduit le Niger à la qualification face au favori guinéen. Devenue un abonné régulier des phases finales, l’Angola a retourné la situation face au Zimbabwe grâce à un doublé express de Manucho

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici