Insécurité : enfin le ministre de la sécurité annonce son plan de réplique

0
235

Très attendu, le ministre de la Sécurité est enfin sorti de son silence. Quatre jours après l’assassinat à Conakry, de Madame Boiro Directrice nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique, et de Paul Cole Ingénieur Télécoms, le ministre en charge de la Sécurité Maramany Cissé était devant la presse mardi 13 novembre.

 Entouré de son état major, Maramany Cissé accuse la levée des barrages routiers,  responsable selon lui, en grande partie de la montée de la criminalité à travers le pays.
Qu’à cela ne tienne, Maramany Cissé rassure les populations et les étrangers vivant en terre guinéenne, que la sécurité sera  rétablie, assurée.

Ainsi, le ministre en charge de la sécurité  annonce son plan de réplique à la montée vertigineuse de la criminalité.

Entre autres mesures,  la mise sur pieds d’une commission mixte d’enquête avec la justice; la réactivation du plan national de la sécurité ; la mise à disposition des numéros de téléphones utiles des forces de sécurité. En outre, le ministre de la Sécurité a mis en relief les moyens de tous genres. Surtout les équipements.

Mais pour ce faire, le ministre en charge de la Sécurité invite les populations civiles à une collaboration étroite avec les services de sécurité. Pour des fins de dénonciation des malfaiteurs, et des nids des criminels.

En attendant, nombreux sont des observateurs qui ne comprennent pas assez, l’attitude, voir le laxisme  de certains agents de Sécurité vu qu’il arrive que des cas de criminalité se passent au vu,  au su, et même sous la barbe des agents des forces de sécurité. Et c’est justement ce qui est révoltant.

Aussi, une frange partie de l’opinion ne comprend pas que tous ces crimes, assassinats et autres actes de vandalisme se passent dans la zone huppée de Kipé et environs, sans qu’aucune disposition pratique ne soit prise pour minimiser les dégâts.

Pour rappel, hormis l’assassinat de Madame Boiro, Paul Cole, c’est encore dans la zone de Kipé que l’écrivain Thierno Monénembo a été dépossédé de sa voiture avant qu’elle soit retrouvée plus tard par les services de sécurité. D’autres braquages d’envergure dont on vous fera l’économie de citer, se sont également déroulés à Kipé.

L’autre question que beaucoup se posent, c’est la reforme du secteur de la sécurité. Beaucoup croyaient, sans doute naïvement, que cette reforme était la solution magique pour contenir la criminalité et le grand banditisme dans une proportion acceptable.

Seulement, pour l’heure, les efforts faits dans ce cadre, n’ont pas permis de faire baisser la criminalité.

En attendant les conclusions de la rencontre stratégique du président de la république,  ce mercredi même avec le comité national de pilotage de la reforme du secteur de la sécurité, on ne sait plus à quelle sécurité se fier. Les jours qui suivent nous en diront un peu plus sur la détermination des autorités à garantir la sécurité publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici