Guerre des chefs à l’UFDG : Bah Oury voudrait-il le départ de Cellou Dalein Diallo ?

0
289

La question vaut de nos jours son pesant d’or après la récente sortie médiatique du bouillant vice-président de l’UFDG et fondateur dudit parti. En employant : «  mon parti » ce mardi matin sur une radio, Bah Oury lance un message clair à Cellou Dalein Diallo.

Comme à l’UMP en France, l’UFDG, tête de file de l’opposition guinéenne traverse une zone de turbulences. Un véritable combat des chefs qui, sans un remède approprié, et à court terme, pourrait aboutir à une demande de départ d’El hadj Cellou Dalein de la présidence du parti. Tout porte d’ailleurs à le croire.

 

Bah Oury, vice-président de l’UFDG, et fondateur dudit parti, est on ne plus, remonté contre certains «  amnésiques ». Sa virulence et sa clarté dans l’expression montrent que bientôt, il pourrait être amené à demander que le candidat malheureux à la présidentielle de 2010 libère «  son » parti.

«  Je donne une chance à la médiation » laisse-t-il entendre ce mardi sur les ondes d’une radio locale.

Le désaccord est profond entre les dirigeants de l’UFDG. Bah Oury qui vit en exil depuis la tentative  d’assassinat contre le président Alpha Condé, en juillet 2011, semble épuisé par l’internet et la vie en Occident. La faute incombe ainsi à Cellou Dalein Diallo et au bureau du parti qu’il a portant créé. Ces derniers feraient  moins pour exiger du pouvoir de Conakry l’abandon de tout soupçon à son  encontre dans ce dossier pendant devant la Justice. Ceci n’étant pas alors fait, l’ancien banquier fait souffler un tsunami qui menace de faire voler en éclats les acquis du parti.

En critiquant à tout bout de champ les actes posés par les dirigeants de l’UFDG, dans les médias, il oublie qu’il contribue lui-même à affaiblir  son parti face au pouvoir Condé. Les missiles qu’il envoie  régulièrement, depuis son exil français, contre El Hadj Cellou Dalein et ses collègues sapent la cohésion et la sérénité au sein des instances du parti. Au lieu de faire face  à un champ de bataille, l’UFDG se débat sur deux. Un parti politique sur des charbons ardents, à l’intérieur comme à l’extérieur, peut-il être efficace et résister au temps ?

«  Je donne une chance à la commission de médiation qui a été mise en place pour de travailler sérieusement et objectivement, à l’issue de cela, on tirera des leçons. Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est la cohésion de mon parti » confiait-il à Espace Fm.

Sur les mêmes ondes, un autre vice-président, Fode Oussou Fofana, ne voudrait pas qu’on s’étende sur le titre «  fondateur de parti » tout en privilégiant le fait la collégialité au sein du parti. Proche de Cellou Dalein Diallo, ce pharmacien de profession rappelle le rôle non négligeable joué par Bah Oury dans l’échec du parti à la présidentielle de 2010.

« Il faut qu’on rappelle à certains amnésiques qui ont la mémoire courte  que l’UFDG existe vingt ans avant l’arrivée d’El Hadj Cellou Dalein Diallo » réplique de Bah Oury.

Le navire UFDG tangue.Mais force est de rappeler dans ce combat que Bah Oury a créé le parti, et Cellou Dalein l’a rendu populaire. Qui peut chasser l’autre?

 

Amadou Touré

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici