Affaire Baîdy Aribot : Sable Mining accuse Baîdy Aribot d’escroquerie

0
264

Depuis peu, Baïdy Aribot est en justice avec une société nommée ‘’Sable Mining africa limited’’. Il y a quelques jours, l’ancien ministre des Sports et ancien directeur des fonds miniers a comparu sur fonds de tension et de supputations politiques.

Au lendemain de cette comparution, les avocats de Baïdy Aribot ont tenu à expliquer à l’opinion, leur version des faits devant la presse nationale.

Le mercredi 5 décembre, c’est au tour de la Société Sable Mining de communiquer sa part des faits.

Pour ce faire, Caroline Havers, une avocate britannique de Sable Mining a fait le depalcement de Conakry pour conferer avec la presse. Dans son exposé, elle a retracé les différentes péripéties de cette transaction passée entre Baidy Aribot et Kassus Dioubaté et la société Sable Mining.

De quoi s’agit-il pour l’essentiel ?

La Société Sable Mining a passé une convention de rachat d’un permis de recherche à la Société de droit guinéen nommé ‘’Guinee Developpement Minéral Ressources’’ représentée par un certain Kassus Dioubaté détenteur des actions, et Baidy Aribot alors directeur général des fonds miniers ayant déclaré avoir des intérêts au sein de ladite Société.

 

Les actifs de la Société cédés sont l’original du permis de recherche dont le site couvre une superficie de 1100 km dans la localité de Kissidougou. Sable Mining aurait en 2010, à la demande de Kassus et de Aribot, fait le versement de 6 millions de dollars au compte parisien de Baidy Aribot, contre l’obtention du permis de recherche. C’est ce permis qui n’aurait été jusque-là pas été obtenu par Sable Mining.  Et c’est justement ce qui oppose les deux parties.

Voici un extrait du récit de Caroline Havers : «  Nous avons lu récemment des articles de presse guinéens par lesquels, Baidy Aribot déclare que cette affaire est politique. Ce  n’est pas ça. Il s’agit d’une affaire d’escroquerie dont ma cliente est victime.
Cette affaire  a commencé en septembre 2010, lorsque nous avons conclu une période d’exclusivité avec Kassus Dioubaté, et Baidy Aribot pour l’achat des actions de  la société ‘’Guinée Developpement Minéral ressources’’. 

Ma cliente [ndlr : Sable Mining] a payé 200 000 dollars pour couvrir cette période d’exclusivité. Après cela,  ma cliente a continué les négociations avec Baidy Aribot et Kassus Dioubaté. Et en novembre 2010, je suis venue en Guinée pour la finalisation du contrat de cession des 100% des actions de ‘’Guinée Developpement Minéral Ressources’’. Avant mon arrivée en Guinée, ma cliente et  Kassus Dioubaté et Baidy Aribot ont tenue une assemblée générale  au cours de laquelle, il a été précisé que Kassus  Dioubaté est l’actionnaire unipersonnel…

Après la présidentielle, je suis allée en France avec Baidy Aribot et Kassus Dioubaté. Nous avons tenue  une réunion dans un hôtel parisien avec des membres du Conseil d’Administration  de ‘’Sable Mining’’.

C’est là que les deux parties ont signé l’accord. Selon  Baidy Aribot et Kassus Dioubaté, l’actif de ladite société était le permis de recherche pour Kissidougou, ce permis est daté de juin 2010.

Pour ces actions, ma cliente a payé 6 millions US, dans la convention de cession d’actions, Baidy Aribot et Kassus Dioubaté ont demandé que le paiement soit fait dans le compte bancaire de Baidy Aribot à Paris. Mais jusqu’à ce jour, ma cliente n’a pas reçu l’original du permis de recherche… »

Caroline Havers ajoute qu’une société chinoise du nom de GMC Groupe opère sur le terrain avec le même permis de recherche vendu à la Société Sable Mining.

Suite aux questions, le pool des avocats de Sable a indiqué qu’une notification avait été faite à la Direction nationale des Mines pour cette transaction passée sous le code minier de 1995.

A propos d’autres clarifications demandées par la presse, le pool des avocats  évoquera le secret d’instruction.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici