Bakary Fofana :  » Nous avons demandé publiquement à l’OIF de venir présenter leur rapport

0
332

Le président de la Ceni, Bakary Fofana, a accordé à nos confrères de Guinéenws un entretien dont nous reprenons pour vous, eu égard aux questions d’actualité.

 Guinéenews© Vous confirmez qu’un chronogramme a été bel et bien fixé par votre institution ?

Bakary Fofana : Il y a eu une commission qui a beaucoup travaillé autour de la question. Lors de la plénière du lundi, on a adopté le principe d’un chronogramme en indiquant une évaluation des étapes. En même temps aussi, nous allons faire des affichages de listes. Tout le monde va apprécier si elles sont bonnes ou pas. C’est une sorte de pré-affichage des listes existantes. Si maintenant, les gens trouvent que la liste qui a été affichée n’est pas bonne, on dira à tout le monde voilà, tel operateur n’est pas bon et on passe sur un autre. Donc, on part avec un plan à partir duquel on va faire des évaluations qui vont nous permettre de savoir si c’est positif ou pas. Si c’est positif, on continue. C’est-à-dire on évolue par étapes avec des évaluations. Donc, on va jouer à la transparence. C’est la solution qu’on propose.

Guinéenews© : Dans ce chronogramme, à quand est fixée la date des élections législatives ?

Bakary Fofana : C’est le 12 mai. Si toutes les étapes sont bonnes. Si maintenant, il y a une étape qui n’est pas bonne, forcément, ça pourrait avoir des conséquences sur le chronogramme.

Guinéenews© : Quels sont essentiellement les critères qui ont plaidé en faveur du choix de la date du 12 mai ?

Bakary Fofana : En fait, il n’y a pas de critères. Vous savez, un chronogramme c’est comme un plan de travail. Il faut identifier toutes les étapes et puis vous prenez des dates. C’est comme si vous quittez ici pour Kankan. Vous dites d’ici Kindia, je mets deux heures de temps et Kindia-Mamou, trois heures… Mais, on ne fixe pas une date comme ça… On se dit par exemple, voilà toutes les activités qui doivent être réalisées et techniquement en combien de temps on peut les réaliser. Si un, deux ou trois jours ou si c’est un mois… et on part d’une période, la période actuelle et puis on met les dates. On ne fixe pas une date comme ça au hasard.

Guinéenews© : En fixant ainsi un chronogramme pour la tenue des législatives, est-ce que ce ne serait pas aujourd’hui mettre la charrue devant les bœufs. Etant entendu que les différents acteurs politiques concernés ne se sont pas encore mis d’accord sur le choix de l’opérateur qui fera la révision de la liste électorale ?

Bakary Fofana : Attendez, je pense que tout le monde est d’accord sur un principe, sinon la CENI actuelle ne devrait pas exister. Il ne sert à rien si on dit pourquoi recomposer la CENI. La CENI est une institution technique, c’est tout. Elle n’est pas une institution politique. Sinon la CENI n’a plus sa raison d’être recomposée. Techniquement, en âme et conscience voilà ce qu’on a trouvé et c’est ce qu’on a proposé.

Guinéenews© : Donc, vous avez établi le chronogramme sans tenir compte de cette problématique du choix de l’operateur ?

Bakary Fofana : Nous, nous avons réfléchi et nous avons travaillé. C’est pour cela nous avons un plan B avec en réserve avec nous. Si l’un ne marche pas, on va appliquer l’autre. Il n’y a pas mille choix. On a dit pour le choix de l’operateur que c’est très facile. Nous allons publier la liste. On verra la performance de l’operateur, si ce n’est pas bon, toute la Guinée saura que ce n’est pas bon. Nous, nous ne pouvons pas choisir des politiques. Nous ne sommes que des techniciens. A partir du moment on est technicien, on est obligé de rester dans le cadre de la technique.

Guinéenews© : Vous avez dit qu’il y a un plan B au cas où ce chronogramme ne serait pas accepté à cause de son contenu. Parlez-nous de ce plan B ?

Bakary Fofana : Je dis qu’on est en train de l’élaborer. Dans toute chose vous dites, voilà si ça ne va pas, je travaille autrement. C’est pourquoi à chaque étape, on évalue. On ne peut pas plus clair que ça. On a dit qu’on va publier la liste de tous les électeurs, il n’y a pas plus transparent et plus clair que cela. Les gens vont vérifier, s’ils ont leurs noms ou pas. S’ils n’ont pas leurs noms, on va faire une évaluation appuyée par des experts internationaux en informatique qui vont nous aider. A partir de là, on va évaluer tous ensemble, si ce n’est pas bon on va voir ce qu’il y a lieu de faire. Et puis, on passe à autre chose.

Guinéenews© : Au sein de l’opposition, certains vous accusent déjà d’avoir dissimulé un rapport de l’OIF qui n’était pas favorable à WAYMARK. Que répondez ?

Bakary Fofana : Ce n’est pas de ma nature. J’ai dit et j’ai été très clair, je ne vais jamais verser dans des polémiques stériles. Car, j’ai trop à faire avec mes pairs commissaires pour faire avancer vite les choses. Les polémiques ne m’intéressent pas. Ce qui m’intéresse, c’est comment organiser ces élections avec l’adhésion de tous dans les conditions de transparence acceptables par tous. J’ai une obligation de travailler en âme et conscience au service de la Guinée. Nous avons demandé publiquement à l’OIF de venir présenter leur rapport devant la commission. C’est ce qui est tout à fait juste. Vous êtes consultant, vous finissez votre travail et vous venez présenter les résultats devant celui qui vous a mandaté. Ce sont des éléments techniques. Il vaut mieux qu’ils viennent eux-mêmes présenter… sinon, on va poser des questions au président qui ne pourra pas répondre, surtout ce n’est pas nous qui avons élaboré le rapport. Donc, nous ne voulons une telle confusion. Surtout que c’est un problème technique, il vaut mieux que les techniciens parlent. Quand on n’est pas technicien, il faut se méfier des affirmations sur des choses que vous ne connaissez pas. C’est plus pédagogique, les gens viennent, ils présentent devant les commissaires. Mais, on était dans l’attente… Parce qu’entre-temps, le chef de la délégation, lui, est parti à la retraite en décembre et puis l’autre technicien était absent, le Mauritanien n’était pas disponible. Mais, on est en train de prendre des dispositions pour qu’ils viennent présenter eux-mêmes. Je trouve cela tout à fait logique et d’ailleurs plus respectueux de tout le monde.

Entretien téléphonique réalisé par Camara Moro Amara  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici