Les  » dérapages » des médias visent le Chef de l’Etat ( Présidente du CNC)

0
455

La présidente du Conseil national de la Communication ( CNC), comme les autres institutions de la République,a fait son discours de voeux face au Président Alpha Condé. Pour Marine Condé,  » les dérapages » des médias visent le chef de l’Etat. Lisez son discours

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand honneur pour moi  de m’adresser à Votre Excellence, Monsieur le Président de la République, pour vous souhaiter à vous personnellement, à votre famille, aux membres du gouvernement, à tous les amis et partenaires de la Guinée et surtout au peuple de Guinée, les meilleurs vœux pour l’année 2013, au nom du Conseil National de la Communication.

 

Excellence Monsieur le Président de la République, nous voilà encore réunis pour la deuxième fois consécutive depuis votre avènement à la magistrature suprême de notre pays, afin de marquer une pause, pour non seulement, faire le bilan des douze mois écoulés mais aussi envisager des projections pour le futur. Ceci est un impératif dans les systèmes de gouvernance démocratique. Même si je n’ai pas la possibilité ici de faire un bilan complet, du fait du temps qui nous est imparti pour la circonstance, je me permets tout de même de relever quelques points d’intérêt au terme de l’année 2012 et ayant servi de ferment à nos activités.

 

 

 

Ainsi, dans sa mission de régulation, le Conseil National de la Communication a pu noter des points forts et des faiblesses qui ont caractérisé les activités qu’il a gérées et continue de gérer avec responsabilité.

 

 

 

Avec l’explosion du nombre des médias ; environ six cents titres déclarés, une quarantaine de radios privées, cinq télévisions privées, une centaine de sites pour la presse en ligne, le renforcement de cette responsabilité est une nécessité car, si cette multiplication a eu un effet bénéfique dû à la diversité des sources d’informations, elle a engendré des effets pervers dont la conséquence est la violation des règles d’éthique et de déontologie.

 

 

 

Excellence Monsieur le Président de la République,

 

La liberté de la presse souffle ses vingt bougies dans notre pays. L’exercice du métier de journaliste est contraignant car, il requiert compétence,  probité morale et intellectuelle. Cela, le CNC n’a cessé de le rappeler aux professionnels en toute circonstance. Si sur le plan global, des progrès ont été accomplis, le CNC regrette encore les violations répétées de l’éthique et de la déontologie.

 

 

 

Des personnes innocentes sont mises en cause dans des affaires qui sont pourtant pendantes à la justice. Injures, diffamations, propos orduriers, incitation à la haine-excusez moi du peu – sont encore proférés à longueur de journées sur certaines antennes si ce n’est distillés dans les colonnes de certains journaux. Le CNC se bat pour que cela cesse et que le journaliste Guinéen tout en étant journaliste soit également citoyen.

 

 

 

En effet, le Conseil National de la Communication (CNC), connait de mieux en mieux les préoccupations en matière de communication et partant les priorités. C’est pour cette raison qu’il s’est impliqué dans le processus de mutation du système analogique vers le numérique. Il a pris part au plan international à toutes les rencontres d’information et de sensibilisation des médias.

 

 

 

Toutefois, ces élans et performances se voient freinés au plan intérieur par un handicap créé par une sorte de vide juridique du fait de la transition non encore achevée. Cette situation  engendre aujourd’hui une certaine anarchie dans les médias avec son lot de dérives. En effet, durant l’année 2012 le Conseil National de la Communication a enregistré de nombreuses plaintes venant de citoyens pour diffamations, injures, toutes choses inquiétantes pour une presse professionnelle.

 

 

 

A ces insuffisances institutionnelles, s’ajoutent les difficultés d’ordre matériel comme le manque d’un siège approprié et de moyens logistiques.

 

 

 

Malgré tous ces dérapages qui sont  très souvent dirigés contre votre personne – osons le dire – vous avez, en bon père de famille, encaissé tous les coups.

 

 

 

C’est pour toutes ces raisons que je saisis l’occasion qui m’est ainsi offerte pour adresser mes vives félicitations à votre Excellence, Monsieur le Président de la République, pour votre hauteur d’esprit et votre magnanime compréhension face aux offenses répétées contre votre personne par certains médias de notre pays et dont la mise en action relève du Procureur de la République.

 

 

 

Votre imperturbable sérénité et votre sens élevé du devoir, nous rassurent aujourd’hui quant à l’avenir. C’est pourquoi, du haut de cette tribune il est pour nous un impératif d’appeler tous les fils et toutes les filles de ce pays à renforcer davantage les liens séculaires qui nous unissent afin de sortir du cercle vicieux de l’ethnicisme – n’ayons pas peur du mot – qui ronge malheureusement notre tissu social. Ce combat, s’il en est un, devra être celui de tous les Guinéens sans exclusive sous votre leadership éclairé,

 

 

 

Excellence Monsieur le Président.

 

Pour notre part, nous croyons infailliblement à l’unité nationale et dans notre cas, il n’y a que le Pardon pour sceller notre fraternité si fortement entamée.

 

 

 

D’ailleurs, il ne saurait en être autrement, car votre itinéraire Monsieur le Président de la République, ne trompe pas. Pour s’en convaincre, vous avez pu amoindrir le lourd fardeau de la dette extérieure de la Guinée, vous avez su rassembler hier en tant que Président de la FEANF, autant d’hommes et de femmes de diverses nationalités et de cultures toutes aussi diverses. Vous avez su donner confiance et inculquer le concept de démocratie à tous ces africains et aux guinéens en particulier. Je suis alors plus que convaincue aujourd’hui, que vous pouvez semer la graine du pardon dans le cœur de tous nos compatriotes pour que naisse une nouvelle génération de Guinéens réconciliés, travailleurs et honnêtes, aimant leur pays et nourrissant beaucoup d’ambitions pour lui.

 

 

 

Avec autant de savoir-faire et  de savoir-être, Vous pouvez alors chasser le démon qui divise les fils et les filles de la Guinée.
Il n y a aucune honte que tous ceux ou toutes celles qui, depuis l’indépendance de notre pays, se sont rendus coupables ou ont brisé le cours de la vie d’un citoyen ou d’un groupe de citoyens guinéens demandent pardon à leurs victimes, et si, ils ou elles ne sont plus de ce monde, que leurs familles ne se contentent pas d’en prendre acte, qu’elles prennent la charge d’une manière visible, sinon présenter publiquement leurs regrets en leurs noms.

 

 

 

La réconciliation est d’abord et surtout communication. Le jour où les Guinéens accepteront comme en Afrique du  sud ou ailleurs, de se rassembler et de se dire ouvertement la vérité, de se pardonner publiquement, il y aura la vraie réconciliation et ce jour sera appelé journée du Pardon. Faisons-le pour la Guinée, faisons-le pour nous-mêmes, faisons-le pour nos enfants.

 

 

 

Le CNC  pour sa part, Vous encourage Excellence Monsieur le Président de la République, et s’engage à vous épauler dans cette lourde démarche mais il serait souhaitable que vous amélioriez votre communication avec la population et aussi avec les media. Une bonne communication de votre part ne pourra que redonner confiance à ce peuple si longtemps meurtri car la bonne communication est synonyme de paix et de réconciliation.  En plus du PPTE, j’allais dire simplement en plus des avancées sur les plans politique, économique et social que le pays enregistre sous votre leadership depuis deux ans seulement, votre héritage n’en sera que fort élogieux ; car, Excellence Monsieur le Président, la haine et la pauvreté ne sauront être la rampe de lancement du développement durable que vous souhaitez tant pour la Guinée.

 

 

 

Pour terminer, je voudrais réitérer à Votre Excellence les vœux les plus sincères pour que notre pays sous votre clairvoyante direction surmonte ses contradictions, s’engage fermement et durablement sur le chemin du progrès qui fera de lui un pays émergent où toutes ses filles et tous ses fils vivront dans l’harmonie, la paix et la concorde.

 

 

 

Bonne et heureuse année Monsieur le Président.

 

 

 

Que Dieu vous bénisse et protège la Guinée.

 

Je vous remercie.

 

                                                                     La présidente du CNC

 

                                                                      Madame Martine Condé

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici