Destruction de l’environnement : des constats amers des spécialistes

0
246

La direction nationale des eaux et forets (DNFG) de  l’office guinéen de la diversité biologique et des aires protégées (OGUIDAF ) en collaboration avec le service Forestier des Etats Unis  (USFS) était devant la presse nationale.

 

C’était le mercredi 30 janvier à Conakry.  Les missionnaires de ces structures étaient venus expliquer aux journalistes les constats qu’ils ont pu faire  sur le terrain lors de leur  mission. Parmi ces constats figure en grande partie le non respect du code forestier élaboré par le législateur Guinéen.

D’entrée de jeu, Mamadou Dian Bah, point focal de (PNFG) souligne que malgré les multiples campagnes de sensibilisations,  les textes de lois visant à protéger l’environnement sont ignorés par les citoyens guinéens. Ce qui conduit aujourd’hui, la plupart à se livrer à des coupes abusives de bois, l’abattage et la commercialisation des animaux protégés. Selon lui, la loi interdit la détention et la vente des animaux protégés. Et de continuer que le service qui est en charge de la protection des environnements a toujours mis aux arrêts des personnes en infraction et les poursuit  à la justice. Ce pendant, il s’est rendu compte que la plupart des gens agissent souvent sous l’effet de la non maitrise des textes de loi sur L’environnement. a-t-il soutenu.

Parmi les constants notés sur le terrain, il notera également le manque de volonté politique pour aider les agents à bien faire leur travail, la corruption des autorités en charges de la gestion des forets. Le manque également des moyens logistiques, financiers et humains en matière de  gestion de l’environnement en Guinée.

Pour Djomba Mara spécialiste environnemental, cette mission sur les préfectures de Dabola et Dinguiraye, lui a permis de comprendre que les juges guinéens ne maitrisent pas les textes sur l’environnement.

A l’issue donc de  cette tournée de quatre jours selon toujours la même personne, les populations et les autorités rencontrées ont formulé quelques recommandations. Dont la multiplication de ce
genre de mission d’appui en vue de renforcer la capacité des services décentralisés, l’introduction dans l’éducation primaire, secondaire et supérieure de l’étude environnementale. Le redéploiement des personnels aux différents services décentralisés.

Enfin Le suivi et du contrôle régulier  des agents sur le terrain pour la bonne gestion de l’environnement Guinéen.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici