Législatives :  » Nous ne boycotterons pas mais nous nous retirons du processus électoral  » ( Opposition)

0
195

Le scrutin législatif 2013 ne sera pas boycotté par les membres de l’opposition guinéenne en dépit de l’annonce de leur retrait du processus électoral.

L’opposition guinéenne réunie au  sein de  l’ADP, le Collectif et le CDR a  annoncé son retrait ce lundi 25 février  du processus électoral en cours, tout en  se réservant le droit de boycotter les prochaines élections. Elle est tout de même décidée à se battre jusqu’à la satisfaction de ses revendications.

 C’était lors d’une conférence de presse que les  leaders de l’opposition  ont animée à la maison de la presse à Coleah dans la commune de Matam.

«Nous refusons toute mascarade électorale qui est déjà en cours de préparation dont les prémisses sont visibles tous les jours. Nous nous sommes donc dit de nous retirer de ce processus électoral. Cette nouvelle décision que nous entreprenons sera maintenue tant que la CENI ne revient pas dans le droit chemin du respect des textes de lois qui lui sont assignés »  » a martelé Aboubacar Sylla porte -parole  de l’opposition  à l’entame de son discours.

 Selon le président de l’UFC, l’ADP, le Collectif et le CDR ont été informés récemment du transfert clandestin du fichier Sagem vers Waymark. Il soutient que les chefs des partis d’opposition ne savent pas quand et  comment  cette opération s’est-elle déroulée.

«  Et ce qui est grave, continue t-il,  cela s’est  passé en l’absence  de la majorité des commissaires de la CENI notamment, ceux venus des partis de l’opposition.  Nous avons déjà interpellé le président de la CENI dans sa fuite en avant, dans sa violation des règles de conduite de cette institution surtout de la loi L013 du Code électoral dont il a la charge, dans son unilatéralité de prise de décision. Ces violations continuent tous les jours» a poursuivi Sylla, voulant justifier enfin la position de l’opposition.

Il a ensuite pointé du point, l’expert de l’union Européenne qui, selon lui,  a remis en cause les conclusions de l’OIF longtemps dissimulées par le Président de la CENI en validant aussi l’opérateur Waymark, très constaté par l’’opposition.

Face donc à la tenue des élections législatives prévue le 12 mai selon le chronogramme de la CENI, le porte-parole de l’opposition avance quelque chose d’ambigüe.

«  Nous ne boycotterons pas les élections législatives, mais nous nous retirons pour le moment du processus électoral, afin de procéder à certains réaménagements à la CENI » déclare Sylla.

Pour se faire entendre  par le pouvoir afin de satisfaire ses revendications, l’opposition promet de planifier une série de manifestations pour exprimer ’’ sa volonté de mener à bien ce pays.’’

Pour l’instant, la manifestation de l’opposition prévue pour le 27 février est maintenue  et  sera  suivie le lendemain par une journée qu’elle veut «  ville morte » sur toute l’étendue du territoire national.

Jean-Marc Telliano, a dit que  si le président reste sourd aux revendications de l’opposition, celle-ci demandera son départ. 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici