Guinée: attention, virage dangereux!

0
192

Décidément, le président guinéen Alpha Condé a toujours mal à son opposition. Du moins, l’ancien opposant historique a du mal à rassurer ses adversaires politiques sur son intention d’organiser des élections législatives libres et propres.

L es manifestations qui en quatre jours ont fait plus de 200 blessés sont la preuve du dialogue de sourds qui persiste entre deux camps qui se haïssent cordialement depuis le lendemain de la dernière présidentielle.

Les sorties dans la rue auxquelles ont pris part la quasi-totalité des opposants au régime Condé est la preuve que la confiance ne règne toujours pas dans les esprits à Conakry. Il n’en fallait pas plus pour que la capitale offre à nouveau le spectacle de chasses-poursuites entre manifestants et forces de l’ordre qui se sont soldées par une centaine de blessés.

Cette remontée de fièvre n’honore guère la classe politique guinéenne qui devra apprendre à se parler sans violences de toutes sortes et de part et d’autres. Ce n’est pas dans la rue que se règlent les problèmes de transparence électorale, mais bien autour d’une table de discussion. Le drame est que les affrontements deviennent de plus en plus des batailles rangées entre ethnies, notamment celle des Malinké acquis à la cause d’Alpha Condé et celle des Peulh dont se revendique Cellou Dalein Diallo, la figure de proue de l’opposition.

Cela fait trop longtemps que le déficit de dialogue dure en Guinée. Il faut espérer que le président Alpha Condé prenne toute la mesure du virage dangereux qui vient d’être abordé pour rassurer véritablement ses opposants et prouver qu’il peut organiser des élections pacifiques et transparentes dont les résultats seront acceptés par tous. C’est une question d’honneur, mais aussi de responsabilité.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici