Législatives : « Le choix de waymark revient exclusivement à la CENI » déclare le leader du PPRG

0
183

La problématique de l’operateur waymark et le vote des Guinéens de l’étranger étaient au centre du débat ce mercredi 06 mars 2013 au cours d’une conférence de presse, animée par le président du parti pour la prospérité et le Renouveau de la Guinée PPRG.

 

Selon lui, le choix de l’operateur  waymark revient à la Commission électorale nationale indépendante (CENI)  et l’applicabilité du vote des guinéens de l’étranger est un autre problème  pour les élections législatives.

La rencontre s’est déroulée devant un parterre de journalistes à la maison de la presse. Le désaccord qui alimente aujourd’hui la vie politique guinéenne est
bien la  question de Waymark et le vote des guinéens de l’étranger. L’opposition demande le départ de cet operateur et exige le vote des guinéens de l’étranger. Ce qui pour l’instant n’a eu de réponse auprès des autorités du pays.. C’est dans cette logique que le président du parti Daouda Nassoko s’est prononcé sur ces questions qui  divisent actuellement  la classe politique guinéenne.

«Le choix de l’operateur waymark revient exclusivement à la CENI. Donc un parti politique ne doit pas  s’en mêler, la loi ne reconnait que la CENI au choix de l’operateur » a-t-il justifié.

Pour le vote des Guinéens de l’étranger, il dira que même si la loi reconnait le droit à tous les Guinéens de voter, cependant l’applicabilité du vote des guinéens de l’étranger est pratiquement un autre problème, car selon lui cela demande beaucoup de moyens.

«S’ils doivent voter, en France par exemple il faut qu’il y ait  38

circonscriptions, et chaque circonscription  doit constituer des commissions administratives des listes électorales. Sans oublier les moyens matériels et humains».

Abordant la question de la marche pacifique  de l’opposition qui a causé  des dégâts matériels aux commerçants, le Président du Parti PPRG a condamné l’attitude adoptée par certaines ONG notamment  le groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) qui a demandé aux commerçants au lendemain de la manifestation de rester chez eux. Selon
le leader de ce parti, GOHA ne  devait pas s’inscrire dans cette logique. Il devrait plutôt adopter  une démarche rassurant  les commerçants en vue de leur dédommagement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici