Célébration : fête des femmes, une céremonie de discours…

0
218

Ce mercredi 27 mars, la Guinée a célébré en différé la journée internationale de la femme. C’est la salle des congrès du palais du peuple qui a servi de cadre à la célébration de cette fête placée sous la  haute présidence du premier ministre, Mohamed Saïd Fofana et de la première dame de la République, madame Condé Djènè Kaba.

 

Cette fête, commémorée le 8 mars de chaque année n’a pu être tenue à cette date à cause du contexte socio politique de la Guinée. Le thème retenu par la communauté internationale  est : « Une promesse est une promesse, il est temps de passer à l’action ». Mais compte tenu de sa situation actuelle,  la Guinée a pour sa part  choisi plutôt le thème : «Leadership féminin, paix et développement ».

Madame  le ministre d’Etat chargée des affaires sociales, de la promotion féminine et de l’enfance, Djaka Diakité a tout d’abord énuméré les nombreuses difficultés auxquelles les femmes guinéennes sont confrontées dans les foyers et familles comme la violation répétée des droits humains et leur atomisation sur  les scènes politique, économique et sociale.
Selon madame le ministre, tous ces facteurs constituent un véritable handicap à l’autonomisation et à l’amélioration des conditions de vie de la femme guinéenne.  Elle interpelle par la suite le chef de l’Etat à tout mettre en œuvre pour que les élections législatives puissent se tenir avant le 1er juillet prochain. Aussi, elle appelle les femmes de Guinée à mener des actions qui concourent à la recherche de la paix, de la solidarité et de l’unité nationale.

En réponse, le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana a rassuré  les nombreuses femmes présentes dans cette salle archicomble du palais du peuple de transmettre fidèlement les messages à qui de droit. Avant de les promettre de faire examiner les documents de plaidoyer par son gouvernement et  d’exhorter le président Condé à faire de la promotion des femmes et des filles, une des priorités de son quinquennat.
Dans les principales langues nationales (Soussou, Maninka, Pular, kissi), les femmes ont tour à tour fait un plaidoyer en faveur de la paix, l’équité et pour la tenue rapide des élections législatives.

Il faut dire que l’occasion a été mise  à profit  pour remettre le prix de l’excellence décerné  par le roi Mohamed VI au Maroc à la femme guinéenne. L’honneur est revenu à madame le ministre d’Etat chargée des affaires sociales, de la promotion féminine et de l’enfance de remettre la médaille à la première dame de la République.
                                                                                  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici