Guinée : Deux journalistes ont comparu au TPI de Dixinn pour des accusations de diffamation

0
271

Le journaliste Aboubacar Diallo de la Radio Espace fm et David Yombouno de planète Fm  ont comparu ce mercredi 27 mars devant le tribunal de première instance de Dixinn. Ils sont accusés des  «  faits de diffamation, d’ethnocentrisme et de racisme » par  Mme Chantal Colle PDG du groupe «  Alo-Médias ».

 

 Selon la citation directe, ces propos ont été tenus  le 22 novembre 2011 dans l’émission « Grandes gueules » de la radio Espace Fm suite au renvoi  des  26 journalistes  par  la direction de la  radio Chérie FM  pour n’avoir pas fait le rapport mensuel.

C’est dans une salle prise d’assaut par des journalistes qu’Aboubacar Diallo, l’un des animateurs de l’émission «  Grandes gueules » a donné sa version des faits.

 «  Je n’ai fait que reconstituer  ce que j’ai constaté pendant les deux semaines que j’avais passé  au sein de ce groupe de Medias », rappelle-t-il. Ce brillant journaliste de poursuivre   en disant qu’à l’entame du numéro de la dite émission, il revient aux journalistes de donner leurs opinions sur les sujets d’actualité.

Sur la question de  licenciement de ces 26 journalistes à Cherie fm, Diallo reconnait avoir dit ceci : «  Ce n’est que  l’illustration d’une politique de gestion et de management. Cheriefm fonctionne au gré de ses – dame Colle- humeurs, les journalistes sont écrasés sous le poids du travail avec un salaire misérable. Ils sont JRI (journalistes reporters d’images), ils travaillent pour la Radio et quatre sites d’information».

 Apres avoir écouté ces propos, la Défense a voulu que la Partie civile fasse comprendre au juge le passage qui illustre  l’ethnocentrisme et le racisme dans cette version.

La partie civile, dans son discours,  n’a pas pu ressortir dans sa version de faits un point qui a trait aux faits pour lesquels Diallo comparait devant le Tribunal.

 C’est suite à  cela que David Yombouno est appelé à la barre.  «  Quand  j’ai été appelé par la radio « Espace Fm » dans l’émission GG, les journalistes  m’ont posé la question  de savoir : «  Nous avons appris que cette manifestation des jeunes journalistes n’est qu’une manipulation politique et ethnique ? » J’ai répondu que  «  si on parle de manipulation politique et ethnique dans cette affaire, c’est bien elle – Chantal Colle-,  lors de l’arrivée du président de la République de la Mecque, un dimanche à la radio, avait dépêché deux journalistes l’un à l’aéroport, l’autre à la mosquée fayçal. Ce jour  par  manque des journalistes locuteurs de  la langue  soussou, la version du gouverneur n’a  pas été traduit en français, le reporter n’a pu que traduire celle  de l’imam.»

C’est ainsi,  poursuit-il, que Mme  Chantal a dit au lendemain lors d’un conseil de rédaction qu’il y a  trop de peulhs dans son équipe et a demandé à son directeur de fournir cinq noms de journalistes  peulhs pour les renvoyer ».

Apres donc cette version, la partie civile et la défense chacune de son coté cherchait à marquer des points.

 La défense a souligné que leurs clients n’ont tenu aucun propos ethnocentrique, ni raciste. Ils ont tout simplement fait leur travail du journaliste.

De l’autre côté, la partie civile avait déposé au préalable deux CD audio comme pièce à conviction et exige  au Juge de faire la lecture de ces documents sonores. Quant à la Défense, elle a dressé une liste de deux témoins.

Le premier CD relatif à l’émission des «  GG » qui implique Aboubacar Diallo et David Youmbouno et le second lié à l’émission de «  La ronde des journalistes » sur Planète Fm  qui implique Mandian Sidibé,  directeur  général de ladite station.

Le juge après avoir entendu ces deux  accusés, a renvoyé l’audience le vendredi prochain à 14 heures.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici