CENI : un système de contrôle flanqué à Waymark

0
189

  Dans  une déclaration, le gouvernement guinéen vient d’annoncer la mise en place d’un système de contrôle des opérations électorales à travers un logiciel de monitoring placé au niveau du site central de la Ceni, a appris GuinéeTime

  » La Ceni  a décidé, dit le porte-parole du gouvernement, de mettre en place un système de contrôle permettant à des tiers indépendants de suivre le processus d’enrôlement ».

Selon Albert Damantang Camara, cette décision a été prise lors de la plénière du 29 mars dernier avec l’appui des partenaires financiers et techniques de la Ceni. Cette mesure vise  » la mise en place d’un logiciel de monitoring des opérations électorales au niveau du site central » de l’opérateur technique de l’institution électorale.

L’opérateur technique waymark constitue la grosse partie de la pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition. Ce différend retarde considérablement la tenue des élections législatives.

Les partis d’opposition doutent des capacités techniques de waymark à bien mener les opérations de révision du fichier électoral guinéen. Lequel est susceptible de conduire en 2015 les Guinéens aux élections présidentielles. Lorsque le Pr Alpha Condé, après un premier mandat, aura certes la volonté de briguer pour une seconde fois la magistrature suprême du pays.

La Ceni a également pensé à  » l’exécution par une tierce partie du dédoublonnage multi biométrique, empreinte digitale et faciale ainsi que la mise en place d’un comité de suivi des opérations électorales » poursuit le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle.

Ce comité sera essentiellement composé des chefs de départements de la Ceni, des experts qui seront envoyés par les techniques techniques et financiers de la Ceni ( Union européenne, Francophonie, Pnud etc) ainsi que des représentants de l’opposition et de la mouvance présidentielle.

Cette batterie de mesures, en croire une source proche de la Ceni, a coûté plus de 450 milles euros. Entièrement déboursés par l’Union européenne.

Cette déclaration se situe en droite des lignes de la rencontre du 10 avril entre les anciens premiers ministres opposants et le premier ministre actuel, en croire Damantang Camara.

La réaction du Collectif, l’ADP, le CDR et le FDP est attendu. Mais selon notre source proche de la Camayenne, « les opposants sont bien au courant » de ces mesures.

 {jcomments on}

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici