Simandou : BSGR répond sévèement à la Guinée…

0
373

 Dans une lettre que GuinéeTime détient, la société BSGR accusé de pratiques de  » corruption » par l’Etat guinéen, a répondu dans la presse internationale. Lisez l’intégralité de cette mise au point.

 

Réponse à BSGR sur les spéculations de la presse concernant la Guinée –  BSG Resources Limited (« BSGR» ou «le Groupe»)

À la suite de récentes spéculations dans  les médias, BSGR tient à préciser sa position par rapport aux récents événements, à la lumière des commentaires, venant en grande partie des représentants officiels et non officiels du gouvernement de la Guinée et des organisations impliquées dans ce projet.

BSGR a toujours été, et continuera d’agir avec les plus hauts standards de gouvernance d’entreprise dans les 12 pays dans lesquels elle opère. Dans tous ces pays BSGR fonctionne de manière totalement transparente, en travaillant en partenariat avec les gouvernements hôtes, tant au niveau national et local. La bonne gouvernance est intrinsèque à sa mission du Groupe de la réussite des entreprises d’équilibrage avec ses responsabilités envers les communautés dans lesquelles elle exerce ses activités et l’environnement qui les soutient. BSGR est confiant que ses activités et de la situation en Guinée seront pleinement justifiée.

Guinée

Les allégations selon lesquelles la manière dont BSGR a obtenu ses droits miniers en Guinée serait irrégulière sont totalement infondées et motivées par une campagne permanente pour saisir les biens de BSGR.  L’octroi de permis d’exploration à BSGR par le gouvernement de Guinée (« GDG ») en Février 2006 a été menée en toute transparence et dans le cadre d’un processus concurrentiel au cours de laquelle BSGR a dû prouver constamment qu’elle avait la capacité technique et financière pour mener à bien l’exploration, les études de faisabilité et le développement du projet Ayant en outre démontré que le GoG que BSGR exploité à travers l’Afrique pour les plus hauts standards internationaux. BSGR a obtenu ses permis parce qu’elle était prête à agir de manière décisive et prête à prendre des décisions rapides. 

Contrairement à la plupart des grandes sociétés minières, BSGR ne voit pas Simandou comme un atout stratégique pour n’être utilisée que pour augmenter la valeur de ses réserves. BSGR a été à juste titre fier d’avoir obtenu ces permis, et la cérémonie de signature a été réalisée dans le cadre d’un événement de grande envergure, accessible sur Internet, en cérémonie publique en pleine connaissance et support du Parlement, du Président , et du ministre des Mines de la République de Guinée.

Faute d’une présence permanente en Guinée, BSGR a cherché à travailler avec Michael Noy, Avraham Lev Ran et Frédéric Cilins, qui avaient de vastes opérations commerciales en Guinée, qu’ils ont ensuite implémenté sous le non de Holdings Pentler. Ainsi, Pentler a pris une participation de 17,65 pour cent dans le capital de BSGR Guinée Ltd BVI en Mars 2006. Cet arrangement a pris fin lorsque BSGR a racheté la totalité du capital de Holdings Pentler en Mars 2008.

Entre 2006 et 2009, BSGR a obtenu un succès considérable avec une partie de son programme de forage, ce qui à permis la réalisation de son étude de faisabilité pour Zogota en Novembre 2009. Cette étude a été présentée au ministère des Mines, et a confirmé l’existence d’un gisement commercialement exploitable à Simandou Sud, tandis que le permis de bauxite à Simandou Nord a été retrocédé au gouvernement conformément au Code Minier. L’achèvement de l’étude de faisabilité en seulement trois ans après la délivrance du permis d’exploration a été une première réalisation de ce type dans l’histoire de la Guinée. Ceci a été réalisé en dépit de la mort du Président Lansana Conté en Décembre 2008, qui a plongé Guinée dans une période d’instabilité politique marquée par un coup d’état militaire et un gouvernement de transition. BSGR a continué à  négocier les renouvellements de permis avec les ministères concernés et grâce à l’aide de ses propres employés Les baux initiaux et des contrats ont été examinés par le gouvernement intérimaire guinéen en 2009. Il convient de noter que ni Pentler Holdings ni Mamadie Touré n’étaient imnpliqués dans ce processus.

En Décembre 2009, BSGR a conclu un accord de base avec la République de Guinée, qui a fourni le cadre d’un projet en deux phases de Zogota et Simandou blocs 1 et 2. L’accord de base a suivi le programme d’exploration de trois ans dans lequel BSGR avait investi plus de 165 millions de dollars, sans garantie de succès. les autres engagements envers le GoG comprenaient la construction d’un chemin de fer pour passagers de 660 kilomètres, à travers la Guinée, pour une valeur d’un milliard de dollars, uniquement dans le but et l’intérêt des populations et des communautés isolées de Conakry à Kankan et Kérouané pour marchandises et passagers seulement (pas pour le minerai de fer ).

En Avril 2010, suite à des discussions par étapes, avec deux autres partenaires potentiels, le brésilien Vale approché BSGR, après quoi le conseil d’administration de BSGR a approuvé une vente stratégique de 51 pour cent de la holding Guernesey Vale SA pour 2,5 milliards de dollars dont 500 millions de dollars ont été décaissés à ce jour. Le solde du paiement seulement exigible à l’achèvement de jalons précis du projets ont été convenus. La création de ces coentreprises est une pratique courante dans le monde de l’exploitation des ressources minérales comme une méthode efficace de partage du risque. En effet, la création de la joint-venture, connue sous le nom VBG, a reçu le soutien public du président par intérim, du Premier Ministre de la Guinée ainsi que les ministre des Finances, ministre actuel des Mines, et le ministre des Transports (tous servant dans l’administration actuelle), ainsi que l’ambassadeur de Guinée au Brésil, comme un moyen de faciliter et d’accélérer le plus ambitieux projet de minerai de fer en Afrique de l’Ouest. Au cours de l’année 2010, la joint-venture, connue sous le nom VBG, a réussi à obtenir les autorisations et les permis nécessaires pour commencer les travaux à Zogota conformément au calendrier convenu ainsi que des progrès de son étude de faisabilité à l’égard de Simandou blocs 1 et 2.

Dans le contexte de la réussite commerciale exceptionnelle de BSGR en Guinée et l’exposition médiatique qui entoure l’affaire, BSGR a été victime de plusieurs tentatives d’extorsion par des individus qui cherchaient à obtenir des gains économiques. Le modus operandi de ces tentatives impliquaient parfois l’utilisation de faux documents, de chantage et de harcèlement.

Alpha Condé

BSGR et VBG ont  salué les premières élections démocratiques de Guinée en Novembre 2010. Alpha Condé a pris ses fonctions en Décembre 2010, avec un engagement en vertu de l’accord de Ouagadougou d’organiser des élections législatives dans les six premiers mois. À ce jour, aucune élection n’a eu lieu, ce qui place le mandat de l’organe législatif de transition en cours dans une impasse constitutionnelle. Beaucoup de questions ont été soulevées et rapportés dans la presse internationale en ce qui concerne le système d’inscription ion des électeurs utilisé pendant les élections présidentielles de 2010. Les mêmes préoccupations restent un facteur important dans les violences politiques en cours en Guinée, situation discutée au Conseil de sécurité des Nations unies aussi récemment le 29 Avril.

Après l’élection d’Alpha Condé, une campagne ciblée contre BSGR vu le jour,ce qui a ralenti progressivement les travaux à Simandou jusqu’à leur arrêt complet.  De nombreuses incertitudes ont été introduites par l’annonce d’un nouveau code minier guinéen conseillé par George Soros et ses institutions, ainsi que les décisions du gouvernement de procéder à l’examen de tous les contrats miniers signés par les gouvernements précédents grâce à la création d’une entité ad hoc, le Comité Technique de Revue des Titres et Conventions Miniers (CTRTCM). Une ingérence supplémentaire dans le projet d’exploitation minière de BSGR est apparu à travers de nombreux scandales qui ont éclaté en Guinée, la plus notable étant l’affaire de prêt conclu avec Palladino Capital 2 par l’entourage du président.

En outre, autant la révision des contrats et la CTRTCM, semblent être non conformes à la Constitution guinéenne et au Code minier. Le nouveau code minier a également recommandé des modifications fiscales importantes, y compris la nationalisation de 15 pour cent des actifs sans contrepartie et un droit d’acquisition de 20 pour cent supplémentaire, combinée à des hausses importantes des redevances et droits de douane. Le gouvernement a alors annoncé abruptement à BSGR, un changement de politique en ce qui concerne le corridor d’exportation de minerai de fer, qui a modifié sensiblement les fondements du projet et les coûts ont plus que doublé par rapport au passage initialement autorisé par le Libéria. Autant que BSGR soutient pleinement la nécessité pour les gouvernements autochtones à recevoir un rendement équitable pour le développement de ses ressources naturelles, les conditions fiscales doivent également permettre aux sociétés minières de générer des rendements du projet qui soient attrayants pour ses actionnaires. Sans un tel équilibre, les projets miniers à long terme seront abandonnés, comme c’est le cas en Guinée à l’heure actuelle. En outre, il est rare que les fondements techniques et économiques d’un tel projet d’envergure soient matériellement changés et continuent à opérer dans une incertitude constante.

Pour des raisons qui n’ont jamais été clairement communiquées à BSGR, le CTRTCM, gérée par des représentants de George Soros, a commencé une enquête sur les conventions minières existantes. En tout temps, BSGR et VBG ont tenté de coopérer avec la CTRTCM, mais les actions du comité ont défié toutes les notions de procédure. En même temps, le gouvernement de Guinée a annoncé qu’il serait ouvert à négocier une solution, mais il est apparu que cette mesure était juste une autre forme de harcèlement déguisé contre la société. Ainsi, plutôt que de chercher des solutions, les représentants de l’administration guinéenne ont choisi de faire des déclarations publiques, employant des porte-parole internationaux de haut profile, qui ont contesté la validité des accords conclus. En outre, le gouvernement a interdit sans explications au Président de BSGR d’entrer dans le pays. Depuis lors, le gouvernement et ses agents ont systématiquement et délibérément cherché des occasions à  attaquer et salir la réputation de BSGR. Toutes leurs déclarations restent infondées et motivées par le désir de saisir ou exproprier les biens de BSGR en Guinée.

Le réseau de relations qui existent entre le GdG, le CTRTCM, George Soros, les différentes organisations non gouvernementales internationales et leurs nombreux conseillers professionnels, y compris Global Witness, le cabinet d’avocats DLA Piper et des cabinets d’affaires, a donné lieu à une approche coordonnée, d’une campagne brute de dénigrement de BSGR. Leurs relations avec des journalistes de grande envergure, impliquant la fuite d’informations privilégiées et confidentielles, ont abouti à rendre ces journalistes comme faisant partie des nouvelles et la remise en question de leurs capacités respectives à rapporter les nouvelles en toute impartialité.

Les tentatives de BSGR pour découvrir ce détournement d’informations confidentielles, et d’autres activités potentiellement illégales contre elle, en demandant des informations détenues sur la Société par le biais de la Loi de 1998 sur la protection des données, ont été systématiquement entravée par Global Witness. Ce comportement potentiellement collusoires et illégale, par de nombreuses parties affiliées, constituent le contexte important qui a forcé BSGR à entamer une procédure judiciaire, devant la Haute Cour contre FTI Consulting LLP et Lord Mark Malloch-Brown Royaume-Uni.

En outre, le GdG tente maintenant d’utiliser l’enquête en cours sur Frédéric Cilins, pour détenir illégalement, pour des raisons non fondées, deux employés de BSGR en Guinée. À la lumière des rapports des médias sur les droits humains et les abus du système judiciaire en Guinée par l’administration actuelle, BSGR reste préoccupée par la sécurité de ses employés et s’attend à ce que leurs droits en vertu de la loi guinéenne et internationale soit respectée.

BSGR ne peut que conclure que le but ultime de Gog et CTRTCM, aidé par les nombreux tiers qui le conseille reste l’expropriation des intérêts de BSGR et VBG en Guinée. Il semblerait que, sous la pression croissante de la communauté internationale pour organiser des élections législatives libres et équitables, les personnes clés au sein de l’administration actuelle tentent d’utiliser BSGR et VBG pour détourner l’attention sur leur rôle présumé dans les nombreux scandales, largement rapporté dans la presse internationale, et qui ont touché l’industrie minière guinéenne depuis l’arrivée de l’administration actuelle aux commandes.

{jcomments on}

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici