Situation sécuritaire: les violences ont fait 12 morts, selon le gouvernement

0
186

Conakry, 27 mai 2013 -Depuis le jeudi 21 mai, des violences quasi quotidiennes sont enregistrées en haute banlieue de Conakry, précisément sur l’axe Bambéto-Coza.

 

Ces violences qui ont outrancièrement dépassé le cadre de revendications politiques, ont fait jusque là et selon de sources hospitalières et sécuritaires, 12 morts confirmés dont 7 par balles (origines des balles encore inconnues), 26 hospitalisations, 63 autres blessés par jets de pierre et armes blanches, des destructions de biens publics et privés.

Le Gouvernement présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et sa compassion aux blessés.

Le Gouvernement, conformément à l’annonce déjà faite ce week-end par monsieur le Premier ministre, ouvrira une enquête spécifique, dont les modalités seront détaillées dans les prochains jours par le ministre de la Justice, pour faire toute la lumière sur ces événements, sans passion, sans pression et sans parti pris, tout en prenant toutes les mesures utiles pour accélérer l’instruction des dossiers ; inculper tous les auteurs, commanditaires et complices, conformément aux règles du droit ; rendre la justice en toute liberté et équité dans des délais raisonnables ; appliquer effectivement les sanctions qui seront prononcées.

Par la même occasion, le Gouvernement dénonce, et l’exploitation par les partis politiques des différences régionales et ethniques au détriment de la cohésion nationale, et les velléités de mise en place de milices d’autodéfense.

Toute légalité et toute légitimité tirant leur source de la Constitution, celle-ci doit faire, tant dans son esprit que dans sa lettre, l’objet d’un strict respect.

Le Gouvernement rappelle au peuple guinéen et aux acteurs de la vie politique nationale en particulier, que la violence comme moyen de conquête du pouvoir est humainement intolérable, culturellement inadmissible et contraire à la Constitution.

Le Gouvernement affirme, une fois de plus, solennellement et fermement, qu’aucun acte de violence, aucune violation des lois, quels que soient les auteurs, les motifs et les prétextes, ne sera toléré.

Les autorités guinéennes tiennent régulièrement informés les médias, la société civile et les partenaires internationaux de la situation sécuritaire.

Le Porte-parole du Gouvernement

Contact médias :

M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement, ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici