Axe Bambéto- Cosa :  » Même les motocyclistes ne passent à cause d’un mouvement de jeunes contre l’EDG »

0
215

L’axe Bambéto-Cosa, en banlieue de Conakry, est bloqué depuis ce matin à toute circulation. Pour cause? Une manif des habitants contre l’obscurité depuis trois jours. Où est l’EDG? Photos d’archives

 

« Il n’ y a aucune circulation sur cet axe depuis ce matin. Même les motocyclistes ne peuvent passer. Les jeunes ont pris d’assaut la route », en croire une source médiatique.

Depuis 7 heures, les habitants de cet axe ont pris des dispositions pour empêcher toute circulation. Ils protestent contre trois jours d’obscurité dans leur zone. L’EDG a certes oublié cette bande vu la série de revendications à laquelle elle fait face.

 » Des jeunes sont les maîtres de la route et jouent même au football » poursuit un autre confrère.

L’axe Nongo-Lambanyi a été bloqué le premier par des mouvements de revendication contre ces délestages de courant électrique. Après c’est Kobayah, sur l’axe Sonfonia qui a pris la relève, bloquant comme les premiers toute circulation.

La contagion…

C’est la contagion qui a touché l’axe routier le plus intraitable de la capitale. Berceau des revendications à caractère politique, souvent social, cet axe est réputé être un bastion de l’UFDG, principal parti d’opposition au régime de Conakry.

La capitale guinéenne à laquelle était promise une desserte en électricité de 18 h sur 24, selon le chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, est une grande obscure dès la nuit tombée. Un parcours dans les quartiers et communes, montre avec éloquence l’échec des gestionnaires de la société étatique l’EDG ( Electricité de Guinée) dans la mise en application des vœux présidentiels.

Près de 120 millions ont été injectés dans ce secteur stratégique depuis l’avènement en 2010 du régime de Condé. Les résultats restent en dessous des efforts fournis. La Coordination générale jadis à la tête de cette société, n’a produit que des arguments fallacieux à l’opinion. Abdoulaye Keita a été alors limogé après le constat de l’incopétence qui, jusque-là doublé de mauvaise gestion des fonds de la société, n’a été véritablement sanctionné.

L’audit réclamé à cor et cri par l’opinion n’a pas été réalisé. Et bonjour aux dégâts dans les quartiers.

{jcomments on}

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici