Société : l’école primaire de Boussoura Port menacée de vente…

0
488

L’école  primaire du quartier Boussoura Port (banlieue de Conakry) est menacée de vente, a appris guineetime sur place. Selon des informations persistantes recueillies sur place, un commerçant aurait acheté cette école pour en faire un autre usage.

 

Mis au courant de cette opération dite illicite, des jeunes surexcités ont vigoureusement protesté mercredi 4 septembre sur les lieux. Ils continuent de faire grands bruits autour de cette affaire.

Du coté des autorités du quartier Boussoura approchées par notre reporter, on déclare n’avoir reçu aucun papier attestant la vente de l’école primaire incriminée.

«  Le quartier Boussoura Port   n’a  aucun centre de santé, ni de maison de jeune, cette école qu’on veut vendre est le seul édifice public qui existe aujourd’hui dans notre quartier. Nous ne l’accepterons pas. »  prévient  Joe Soumah, un des jeunes manifestants.

Dans le quartier, il se raconte que ce domaine appartient à l’Etat. Faux! rétorque-t-on du coté d’une famille qui revendique la propriété du domaine sur lequel est bâtie, l’école primaire incriminée.

Il s’agit de la famille El hadji Abouya. « On a le papier qui atteste que cette école primaire se trouve sur notre domaine. C’est nous qui savons maintenant ce qu’il faut en faire »  a affirmé un des membres de la famille Abouya qui a souhaité garder l’anonymat.

Dans la foulée, un jeune manifestant qui a  gardé l’anonymat affirme: ‘’l’actuel Maire de Matam Néne  Koya Touré aurait  signé un papier qui attribuait ce domaine à l’Etat, et  ensuite elle aurait  aussi fait une contre-signature.» Mais nos efforts pour avoir la version de Madame le Maire ont été vains.

Qu’à cela ne tienne, à  l’approche de l’ouverture des classes, il n’y a de trace d’aucune  table-banc  dans cette école primaire.
Pourtant, habituellement, les tables-bancs sont toujours stockées et sécurisées  dans une salle de classe au sein de l’établissement  en attendant la reprise des cours.

Ce n’est pas tout, un autre fait marquant dans cette affaire est que les élèves de l’école incriminée  suivraient  les cours à l’ouverture prochaine à l’école primaire de Madina port dans la Commune de Matam.

Pour rappel, le domaine en litige était, semble-t-il, une salle de permanence sous le   premier régime et transformé en une école  après la prise du pouvoir par l’équipe de feu Lansana Conté.

En tous les cas, le ministre Ibrahima Kourouma, en charge du pré-universitaire, est averti.{jcomments on}
A suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici