» Coup d’Etat en Guinée » : l’opposition n’a pas  » d’éléments d’appréciation »

0
223

L’article du satirique  » Le canard enchaîné » sur un  » Coup d’Etat imminent à Conakry selon la DGSE et la CIA? » fait actuellement des vagues. Le chef de l’opposition, El hadj Cellou Dalein Diallo,de son côté, a dit ne pas  » disposer d’éléments d’appréciation » sur ce dossier.

 

Le président de l’UFDG, sur les  » Grandes Gueules » de Guinée, dit avoir quitté Conakry il y a 24 heures. A Fria, dans la Cité de l’Alumine, Cellou Dalein ne peut alors se prononcer sur cette histoire de coup d’Etat qui serait en préparation contre le régime de Conakry.

D’après des notes des services de renseignements français et américains, consultées par « Le Canard Enchainé », des opérations de déstabilisation du régime du président Alpha Condé seraient actuellement en préparation en Guinée.

La situation sécuritaire en Guinée inquiète la CIA et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), rapporte, mercredi 25 septembre, l’hebdomadaire satirique français Le Canard Enchainé. Une note des services de renseignement français, consultée par le journal, fait état « de sérieux risques d’opérations en cours, tendant à déstabiliser l’État guinéen ». Selon la DGSE, ces « opérations » consisteraient à « inciter la police et les forces armées à recourir à la force [lors de grandes manifestations] et ainsi créer des martyrs ».

Le document de la CIA s’inquiète également de possibles « violentes manifestations à Conakry et dans d’autres villes » en marge des élections législatives ». Ce contexte pourrait « servir de couverture à des opérations ciblées, menées par des mercenaires ». Le scrutin du 28 septembre, initialement prévu mardi 24 septembre, a été reporté à la suite de tractations entre le pouvoir et l’opposition sous l’égide de la communauté internationale. Dimanche et lundi, des incidents ont opposés des partisans du Rassemblement du peuple guinéen (parti présidentiel) et de l’UFDG, faisant un mort et plus de 70 blessés, selon un bilan officiel.

Un homme d’affaires soupçonné

Les services français et américains n’en ont pas la preuve, mais ils soupçonnent le milliardaire franco-israélien, Beny Steinmetz, d’être derrière cette tentative de déstabilisation. L’homme d’affaire, à la tête du groupe éponyme Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), est en conflit avec les autorités de Conakry qui l’accusent de corruption. En jeu, le gisement du Simandou estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Le 19 avril, deux employés de BSGR ont été arrêtés : Ibrahima Sory Touré, vice-président et directeur des relations publiques de la société et frère de Mamadie Touré, l’épouse de l’ancien président Lansana Conté, qui vit actuellement aux États-Unis, et Issaga Bangoura, responsable de la sécurité. Selon la justice guinéenne, ces arrestations s’inscrivent « dans le cadre d’une enquête pénale multi-juridictionnelle en cours sur l’acquisition par la société BSGR de droits relatifs aux blocs 1 et 2 du gisement de Simandou ».

La CIA et la DGSE lient le controversé Beny Steinmetz à un groupe de trois mercenaires, Victor Nassar, Patrick Klein et Steve Bokhobza. « Les trois hommes, explique le note américaine, ont contribué à la création d’un mouvement guinéen bidon, le Parti national pour le renouveau », écrit Le Canard. Ce parti, « sans doute sponsorisé par BSG », a écrit dans son mémorandum qu’il laisserait à la société de Benny Steinmetz ses droits d’exploitations de Simandou, « en cas de participation au gouvernement ».

{jcomments on}

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici