Législatives: le vote débute avec des difficultés signalées à Conakry

0
255

Pour l’instant, les opérations de vote se déroulent ce samedi 28 septembre 2013 dans un climat apaisé dans la ville de Conakry, notamment dans les endroits où nous avons sillonné. Cependant  le manque  de matériels de bureaux de vote sont signalés dans quelques endroits, ainsi que le retard accusé pour le démarrage de ces opérations. Ici, un bureau de vote d’archives.

Nous sommes dans la commune de Dixinn,  plus précisément dans le bureau de vote numéro 05 dans le quartier Dandayah, où   plusieurs dysfonctionnements ont été signalés par les agents de bureaux de vote. Mais aussi par le délégué du parti de l’opposition GPT. «  Il y’a un  manque de matériels de vote tels que le tampon, l’insuffisance des enveloppes, et les opérations de vote ont commencé à 8h11mn » a dénoncé Cheich Oumar Camara de Guinée pour Tous (GPT).

Cette dénonciation a été aussi confirmée par le vice président  Elhadji  Sekou Sylla de ce  bureau de vote. Par contre selon lui, les opérations de vote ont débuté à 7h30.

Non loin de là, effectivement dans le bureau de vote numéro 1 dans le quartier de Konoyah  toujours dans la commune de Dixinn,  Eugène  Fofana Président de ce  bureau de vote  souligne que « tout se passe bien, seulement  on est en manque de l’encre indélébile, un rouleau de ruban, quatre feuilles de  dépouillement, qu’on devait recevoir,   on a eu que trois, sinon tout se passe bien ».

Ce dysfonctionnement est aussi signalé par endroits dans certains  bureaux de vote dans la commune de Matoto, notamment le collège Gbessia où sont logés huit bureaux de vote. Dans l’enceinte de ce collège,  précisément  au bureau de vote numéro 4, « il y’a seulement un listing au lieu de trois’’.

Sur les cartes d’électeurs, quelques électeurs n’ont pas manqué de signaler l’erreur commise par  la CENI sur leurs cartes d’électeurs. « Je suis officier de police, sur ma carte ,  la CENI a mis ménager, idem que cette dame qui est enseignante, mais qui est ménagère sur sa carte » a indiqué Ousmane Camara officier de police.

Dans le souci de maintenir la paix pendant et après les élections,  cet officier de police formule son souhait en ces termes:  « nous souhaitons qu’il y’ait la paix afin que le pays ait une ouverture internationale dans le cadre de son développement.»
Il faut noter que dans chaque bureau de vote, la sécurité est assurée par deux agents de FOSSEL.{jcomments on}

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici