Corruption- Guinée : le magnat Beny Steinmetz auditionné en Suisse

0
316

 Selon notre confrère français de  Médiapart, le magnat franco-israélien,  » première fortune d’Israêl, » a été auditionné par la justice suisse à propos du dossier de corruption dans les mines guinéennes qui lui collent désormais à la peau.

   Au cœur d’une enquête pour corruption dans l’attribution de concessions minières en Guinée, le magnat franco-israélien des diamants a été auditionné par la justice suisse le 18 octobre. Il dément toute malversation, même si une ONG a dénoué l’écheveau de ses sociétés offshore. Mediapart publie aussi un rapport accusateur contre le président guinéen.

La justice suisse enquête elle aussi sur les affaires de corruption présumée autour de l’attribution des immenses ressources minières de la Guinée. Ces mines sont aujourd’hui au cœur d’une guerre (nous la relations en détail ici) opposant le président guinéen Alpha Condé et les géants mondiaux de l’industrie minière, dont Beny Steinmetz. C’est ce dernier qui intéresse de près les enquêteurs suisses. Le Franco-Israélien, ami de Nicolas Sarkozy, première fortune d’Israël, était à l’origine un magnat du diamant, et s’est depuis diversifié tous azimuts dans l’immobilier, le pétrole, le gaz ou les mines, dans plus de vingt pays.

Steinmetz réside à Genève depuis 2005….

Il ya quelques semaines, le journal Le Monde, révélait que Jeudi 29 août, des policiers ont visité les locaux en France et en Suisse de la société Onyx, un sous-traitant de l’enseigne minière helvétique Beny Steinmetz Group Resources (BSGR). Les enquêteurs ont emporté des documents qui seraient relatifs à l’acquisition controversée, en décembre 2008, de la moitié de l’exploitation de Simandou recelant l’un des gisements de fer les plus importants au monde. M. Steinmetz avait acquis cette licence d’opération pour 165 millions de dollars (124,8 millions d’euros) grâce à ses appuis auprès du président d’alors, Lansana Conté. En avril 2010, il revendait la moitié de sa participation au brésilien Vale pour… 2,5 milliards de dollars. Même dans l’univers des matières premières qui font et défont les fortunes, pareille plus-value est rare.

POSSIBLES POTS-DE-VIN À D’ANCIENS RESPONSABLES GUINÉENS

A l’origine du scandale, la décision en novembre 2012 d’Alpha Condé, premier président démocratiquement élu de Guinée, de revoir l’ensemble des concessions minières octroyées dans des conditions controversées aux exploitants étrangers. Washington mais aussi le spéculateur George Soros et l’ex-premier ministre britannique Tony Blair prêtent main-forte aux autorités de Conakry dans cette opération de transparence qui aboutit aux accusations de corruption lancées contre BSGR.

L’ouverture d’une enquête fédérale sur le versement de possibles pots-de-vin à d’anciens responsables guinéens pour remporter des concessions minières conduit le FBI à se lancer aux trousses de M. Steinmetz. Une prétendue tentative de corruption, en avril, en Floride de l’ex-femme d’un dirigeant guinéen conduit à l’arrestation de Frédéric Cilins, un Français associé à M. Steinmetz en Guinée. Pour durer dans le monde minier opaque, les stars doivent rester dans l’ombre. Afin de tenir les journalistes financiers trop fouineurs à l’écart de ses affaires, M. Steinmetz a embauché les avocats les plus teigneux de Genève comme de Londres.

 

GuinéeTime avec Mediapart et Le Monde

{jcomments on}

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici